logo
LES MEMBRES
greenpeace
wwf
lpo
oxfam} alofa tulavu
4d
gret
helio
hespul
cler
amis de la terre
agir pour l'environnement
fnaut
fub
solar generation
reseau sortir du nucleaire
cniid
wecf
associations locales

MAILING LISTE

La liste climat du RAC-F vous permet de recevoir et d’envoyer des informations sur les changements climatiques.
S'abonner Se désabonner
attention ça chauffe
can
illustration
Accueil > Changements climatiques > Web Bibliothèque Climat > Changements Climatiques > Températures > Le rôle central de la diminution de la banquise dans la hausse récente de la température de l’Arctique
Le rôle central de la diminution de la banquise dans la hausse récente de la température de l’Arctique
date 29 avril 2011
texte+ texte- google twitter facebook

Nature - 29 avril 2011

- Thème : Changements climatiques, températures
- Titre : Le rôle central de la diminution de la banquise dans la hausse récente de la température de l’Arctique
- Titre original : The central role of diminishing sea ice in recent Arctic temperature amplification
- Auteur : J.A. Screen et al.
- Revue : Nature
- Date de parution : 29 avril 2011
- Lien de consultation : http://www.nature.com/nature/journa...
>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>

Cette étude s’est intéressée à l’ « amplification arctique », terme utilisé pour décrire le fait que les températures à proximité de la surface de la mer ont augmenté quasiment deux fois plus rapidement que la moyenne mondiale dans la région arctique durant les dernières décennies. Toutefois, si cette augmentation des températures moyennes globales et arctiques est directement corrélée à l’augmentation de la concentration atmosphérique en gaz à effet de serre, les mécanismes qui expliquent l’amplification arctique sont encore mal connus. Selon cette étude, c’est principalement la diminution de la surface de la banquise arctique qui explique ce phénomène, par rapport à d’autres facteurs explicatifs que sont les changements de la circulation atmosphérique et océanique, de la couverture nuageuse et de la teneur atmosphérique en vapeur d’eau. Cette conclusion confirme que des rétroactions glace-températures positives et de forte intensité sont maintenant à l’œuvre en Arctique, qui risquent d’avoir des conséquences importantes à court-terme sur les écosystèmes, la calotte glaciaire et les activités humaines dans la région.


Consultez l’article : [http://www.nature.com/nature/journa...]