logo
LES MEMBRES
greenpeace
wwf
lpo
oxfam} alofa tulavu
4d
gret
helio
hespul
cler
amis de la terre
agir pour l'environnement
fnaut
fub
solar generation
reseau sortir du nucleaire
cniid
wecf
associations locales

MAILING LISTE

La liste climat du RAC-F vous permet de recevoir et d’envoyer des informations sur les changements climatiques.
S'abonner Se désabonner
attention ça chauffe
can
illustration
Accueil > Changements climatiques > Comprendre et réagir > Impacts et conséquences > Par zone géographiques > Amérique du Nord > Le réchauffement climatique affecte aussi les forêts et les tourbières subarctiques
Le réchauffement climatique affecte aussi les forêts et les tourbières subarctiques
date 22 décembre 2005
texte+ texte- google twitter facebook

La montée de l’épinette Le réchauffement climatique affecte aussi les forêts et les tourbières subarctiques

Des chercheurs du Centre d’études nordiques (CEN) viennent de documenter deux autres manifestations du réchauffement planétaire dans le Nord du Québec. La première touche l’accélération de la fonte du pergélisol dans les tourbières subarctiques, et la seconde, l’augmentation de la vitesse de croissance verticale des arbres à la limite des forêts.

Dans un récent numéro de Geophysical Research Letters, Serge Payette, Ann Delwaide, Marco Caccianiga et Michel Beauchemin mettent à profit les données patiemment accumulées sur une tourbière située à la hauteur du 56e parallèle, à l’est de la Baie d’Hudson, pour décrire l’évolution du pergélisol (sol gelé en permanence) dans cet habitat. Les chercheurs ont utilisé une photo aérienne prise en 1957 et des données récoltées sur le terrain lors de visites effectuées à tous les dix ans entre 1973 et 2003, pour déterminer comment le pergélisol de la tourbière a réagi aux variations climatiques.

Ils ont ainsi découvert que le pourcentage de la superficie de la tourbière occupée par le pergélisol est passé de 82 % en 1957 à 13 % en 2003. Son taux de disparition a doublé depuis 1993. "À ce rythme, le pergélisol de cette tourbière aura complètement disparu d’ici 20 ans", souligne Serge Payette. La cause principale de l’accélération de la fonte du pergélisol pendant cette période est l’augmentation des précipitations sous forme de neige, avance le chercheur. "Depuis 10 ans, il tombe deux fois plus de neige sur cette tourbière que dans les années 1970. Le couvert de neige protège le sol contre l’onde de gel et il tamponne les écarts de température", explique-t-il.

Les relevés de température provenant de deux stations météorologiques, situées à 125 et 150 km de la tourbière, confirment l’accélération du réchauffement climatique depuis 10 ans, ce qui porte à penser que toutes les tourbières de cette région connaissent le même sort. "L’impact de la dégradation des tourbières sur le bilan des gaz à effet de serre reste à mesurer", souligne le professeur Payette.

Changement de port

Les modèles de réchauffement planétaire prédisent que l’actuelle limite nordique des forêts sera progressivement repoussée vers le nord. Cependant, observent les chercheurs Isabelle Gamache et Serge Payette dans un article récemment publié dans le Journal of Ecology, l’expansion nordique de l’épinette noire - une espèce aux capacités reproductrices limitées - devrait être précédée par un changement dans le port de ces arbres.

Une étude menée par les deux chercheurs sur 20 populations d’épinettes noires, situées le long d’un transect de 300 km allant de la forêt boréale à la toundra, confirme leur prédiction. La tige principale des arbres connaît une croissance verticale accélérée depuis les années 1970, révèlent leurs analyses. Même les épinettes prostrées rencontrées à la limite nordique de cette espèce sont en voie d’adopter un port dressé à la suite de l’allongement de leur tige principale. "Si les conditions actuelles se maintiennent, les épinettes vont poursuivre leur croissance verticale et, éventuellement, elles vont produire beaucoup plus de cônes et de graines. Ceci devrait favoriser l’expansion nordique de la limite des arbres", prédit Serge Payette.

par Jean Hamann Centre d’études nordiques (CEN) de l’Université Laval
http://www.scom.ulaval.ca/Au.fil.de...