logo
LES MEMBRES
greenpeace
wwf
lpo
oxfam} alofa tulavu
4d
gret
helio
hespul
cler
amis de la terre
agir pour l'environnement
fnaut
fub
solar generation
reseau sortir du nucleaire
cniid
wecf
associations locales

MAILING LISTE

La liste climat du RAC-F vous permet de recevoir et d’envoyer des informations sur les changements climatiques.
S'abonner Se désabonner
attention ça chauffe
can
illustration
Accueil > Politiques et mesures > Politiques françaises > Suivi du Grenelle de l’environnement > Le Président de la République va-t-il contourner le Grenelle de l’environnement ?
Le Président de la République va-t-il contourner le Grenelle de l’environnement ?
date 17 septembre 2007
texte+ texte- google twitter facebook

Communiqué RAC, FNE, FNAUT, Alsace Nature

Le Président de la République va-t-il contourner le Grenelle de l’environnement ?
Nicolas Sarkozy soutient un projet autoroutier irrationnel en Alsace

Lors de son déplacement en Alsace, Nicolas Sarkozy a affiché sa
volonté de réaliser cette autoroute, allant jusqu’à dire que le
décret la promulguant irait « ...en Conseil d’Etat sans passer par le
Grenelle de l’environnement », le Président Sarkozy contredit ses
engagements. Cette contradiction sur la forme se renforce d’une profonde incohérence sur le fond.

Selon Arnaud Gossement, porte parole de FNE : « Le Gouvernement
s’était pourtant engagé à ce qu’aucune décision ne soit prise avant
la tenue du Grenelle de l’environnement en octobre qui pourrait nuire
à la sincérité des négociations préparatoires. Ce projet autoroutier
Alsacien doit être abandonné ».

A ce jour, la déclaration d’utilité publique du Grand Contournement
autoroutier Ouest (GCO) n’a pas encore été promulguée.

Dans l’esprit de beaucoup de citoyens, d’usagers, d’élus, de médias,
le GCO doit permettre le désengorgement de l’agglomération
strasbourgeoise. Hélas, il n’en est rien, et les services officiels
le reconnaissent eux-mêmes.

Les associations rappellent que ce projet autoroutier de 27km coûtera
cher (420 millions d’Euros), ne désengorgera pas Strasbourg (baisse
annoncée d’à peine 4,6 % du trafic de l’A35 !) et ne résoudra pas le
problème des camions en Alsace.

Par la création d’un nouvelle infrastructure routière, Le GCO
attirera encore davantage de ces camions que l’Alsace prétend vouloir
dissuader par la future redevance (dite taxe "Bur")

La logique du tout routier va à contresens de l’impérative nécessité
de réduire drastiquement nos émissions de gaz à effet de serre. Il
est urgent de développer les alternatives à la route et de concentrer
les efforts sur des modes de transports plus sobres en carbone (rail
et voies d’eau). Dans le cas contraire, les objectifs internationaux
et nationaux de la France en matière de lutte contre le dérèglement
climatique risquent de ne pas être atteints.

Quant à la pollution atmosphérique locale, la diminution espérée pour
les riverains de l’autoroute actuelle n’est validée par aucune
expertise indépendante.

Nous vous invitons à vous mobiliser nombreux contre ce projet en
contradiction avec toutes les déclarations présidentielles.

Michel Dubromel (Vice Président d’Alsace Nature et Pilote du réseau Transports de FNE)
Arnaud Gossement (Porte parole de FNE)
Olivier Louchard (Réseau Action Climat)
Alain Uguen (Association Cyber @cteurs)

COMMENT AGIR ?

- Sur le site
Cette cyber @ction est signable en ligne
http://www.cyberacteurs.org/actions...

- Par courrier électronique
C’EST FACILE : A VOUS DE SUIVRE LES 6 ETAPES SUIVANTES :

1- Copiez LE TEXTE À ENVOYER ci-dessous
2- Ouvrez un nouveau message et collez le texte
3- Signez le : prénom, nom, adresse, ville
4- Rajouter l’objet de votre choix : Non au tout routier
5- Adressez votre message aux adresses suivantes :
petitions01@www.elysee.fr
cyberacteurs@wanadoo.fr
6- Envoyez le message

— — — — — — — —
Texte à copier-coller :
— — — — — — — —

Prénom, Nom
Profession :
Adresse :
Code postal - Localité :

Monsieur le Président de la République,

Lors de votre déplacement en Alsace, vous avez affiché votre volonté
d’y réaliser une autoroute, allant jusqu’à dire que le décret la
promulguant irait « ...en Conseil d’Etat sans passer par le Grenelle de
l’environnement »

Le Gouvernement s’était pourtant engagé à ce qu’aucune décision ne
soit prise avant la tenue du Grenelle de l’environnement en octobre
qui pourrait nuire à la sincérité des négociations préparatoires.

Je demande donc l’abandon de ce projet autoroutier.

Je vous prie d’agréer, Monsieur le Président de la République, mes
salutations distinguées.