logo
LES MEMBRES
greenpeace
wwf
lpo
oxfam} alofa tulavu
4d
gret
helio
hespul
cler
amis de la terre
agir pour l'environnement
fnaut
fub
solar generation
reseau sortir du nucleaire
cniid
wecf
associations locales

MAILING LISTE

La liste climat du RAC-F vous permet de recevoir et d’envoyer des informations sur les changements climatiques.
S'abonner Se désabonner
attention ça chauffe
can
illustration
Accueil > Politiques et mesures > Politiques européennes > Emissions du secteur de l’aviation > Le Parlement européen veut garder les vols internationaux dans le marché carbone européen
Le Parlement européen veut garder les vols internationaux dans le marché carbone européen
date 21 mars 2014
texte+ texte- google twitter facebook

Une majorité de parlementaires de la commission environnement du Parlement européen a rejeté le compromis concocté par des négociateurs du parlement, de la Commission européenne et des Etats membres. Celui-ci prévoyait d’exclure du marché carbone tous les vols internationaux au départ et à l’arrivée de l’Europe, et ce au moins jusqu’en 2016. C’est un signal que les dirigeants doivent écouter.

Le vote était serré (29/29). Mais les députés de la Commission environnement du Parlement européen ont décidé que les vols internationaux depuis et à destination des aéroports européens ne pouvaient pas être intégralement exemptés d’obligation de respecter des quotas d’émissions de CO2.

Ils ont donc rejeté le compromis négocié par les principales capitales européennes (France, Allemagne, Grande-Bretagne) avec la Commission européenne et le rapporteur du Parlement européen en charge de ce dossier. Cet accord au rabais visait à poursuivre la décision de "Stop the Clock", qui exclut temporairement ces vols afin d’éviter une guerre commerciale avec la Chine et permettre l’adoption d’un accord international sur les émissions de l’aviation civile.

A travers ce vote, les eurodéputés indiquent qu’ils n’acceptent pas que l’Europe subisse un chantage de la part des chinois, des américains et d’autres pays qui l’obligent à modifier ses politiques publiques à l’intérieur de son territoire.

Un vote aussi serré aura du mal à passer lors de la prochaine séance plénière du parlement. Et il est à parier que les Etats membres à l’initiative du compromis feront tout pour qu’il ne passe pas. Quelle voix le gouvernement français va-t-il écouter ? Celle de l’ambition, alors qu’il accueille la Conférence climat à Paris, fin 2015 ? Ou bien va-t-il céder face aux intérêts économiques qui s’opposent systématiquement à toute législation pour lutter contre le changement climatique ?