logo
LES MEMBRES
greenpeace
wwf
lpo
oxfam} alofa tulavu
4d
gret
helio
hespul
cler
amis de la terre
agir pour l'environnement
fnaut
fub
solar generation
reseau sortir du nucleaire
cniid
wecf
associations locales

MAILING LISTE

La liste climat du RAC-F vous permet de recevoir et d’envoyer des informations sur les changements climatiques.
S'abonner Se désabonner
attention ça chauffe
can
illustration
Le Jour de la Nuit
date 12 octobre 2012
texte+ texte- google twitter facebook

Le 13 octobre 2012, c’est le Jour de la Nuit. Fêtons partout en France la nuit noire en éteignant les lumières et en observant les richesses de la nuit.

Paris, le 12 octobre 2012 - La quatrième édition du Jour de la Nuit a
lieu le samedi 13 octobre. Près de 600 évènements sont prévus dans le
cadre de cette fête de la nuit noire. Cette action repose sur la
mobilisation de centaines d’associations et collectivités locales et a
vocation à sensibiliser le grand public aux conséquences de la
pollution lumineuse. Le Jour de la Nuit entend réhabiliter la magie
d’une nuit noire, préservée de toute lumière artificielle. A l’occasion
du Jour de la Nuit, des centaines d’animations, sorties natures,
conférences débats et extinctions de monuments auront lieu partout en
France.


Avec plus de 9 millions de points lumineux, la lumière artificielle a
pour triple conséquence d’engendrer un gaspillage énergétique
important, déstabiliser les écosystèmes nocturnes et dissoudre la voute
céleste sous un halo lumineux qui prive les amoureux du ciel étoilé de
leur activité nocturne.


La Jour de la Nuit est une opération de sensibilisation gratuite et
ouverte à tous, qui rassemble chaque année des milliers de citoyens.
Lancé en 2009, le Jour de la Nuit est un évènement national, coordonné
par Agir pour l’Environnement et soutenu par un collectif de 23
structures. [1]


A l’occasion de l’année internationale de l’énergie pour tous, le Jour
de la Nuit entend rappeler que l’augmentation de 35% des points
lumineux en 10 ans induit un gaspillage énergétique qu’il est possible
de réduire. L’éclairage représente ainsi 47% de la consommation
d’électricité des communes et l’Ademe estime possible de réduire de 30%
à 40% cette facture. A l’heure où l’Etat cherche à faire des économies,
une action ambitieuse en faveur de l’environnement nocturne permettrait
tout à la fois de réduire les dépenses d’énergies des collectivités
locales, économiserait une énergie rare et chère tout en préservant la
biodiversité nocturne et le ciel étoilé. La quatrième édition du Jour
de la Nuit, en réduisant le nombre de points lumineux recherche donc un
quadruple effet : énergétique, économique, culturel et environnemental.


A l’heure où l’urgence climatique devrait nous inciter à réduire
notre consommation d’énergie, les pouvoirs publics ont le devoir de
montrer l’exemple en limitant au maximum les gaspillages d’énergie.
Pour les organisateurs du Jour de la Nuit, « la nuit n’est pas un jour
comme un autre »
 !



A Metz, Bourg en Bresse, Grenoble, Lorient, Annecy, Belfort. mais
aussi dans des villes de taille plus modeste et villages de France, en
métropole comme en Outre-mer (Martinique, Guadeloupe, Guyane,
Nouvelle-Calédonie) ainsi que pour la première fois à l’international,
en Australie, en Suisse, au Canada, de plus en plus de communes
s’engagent dans cet évènement pour marquer leur volonté de reconnaître
la nécessité d’amorcer une réflexion en profondeur sur les vertus d’une
nuit préservée de toute pollution lumineuse.


Les organisateurs du Jour de la Nuit appellent les citoyens qui
souhaitent participer à cette fête de la nuit noire à se reporter au
site www.jourdelanuit.fr référençant précisément les centaines
d’évènements prévus le samedi 13 octobre 2012.



Contact presse :

- Larissa de Kochko, coordinatrice des campagnes d’Agir pour
l’Environnement :
Tél. 01.40.31.02.37 - 06.51.51.81.50

date Notes

[1Agir pour l’Environnement, l’Association Nationale pour la
Protection du Ciel et de l’Environnement Nocturne (ANPCEN),
l’Association Française d’Astronomie, CPN, Réseau Ecole et Nature,
CLER, RAC-F, Noé Conservation, Ligue de l’enseignement, Les Francas,
Fondation Good Planet, NatureParif, Parcs naturels régionaux de France,
Rivages de France, Réserves naturelles de France, Conservatoires
d’espaces naturels, Les Eco-Maires, l’Association des Maires de France,
la Région Ile de France et le Ministère de l’Ecologie, du développement
durable et de l’énergie.