logo
LES MEMBRES
greenpeace
wwf
lpo
oxfam} alofa tulavu
4d
gret
helio
hespul
cler
amis de la terre
agir pour l'environnement
fnaut
fub
solar generation
reseau sortir du nucleaire
cniid
wecf
associations locales

MAILING LISTE

La liste climat du RAC-F vous permet de recevoir et d’envoyer des informations sur les changements climatiques.
S'abonner Se désabonner
attention ça chauffe
can
illustration
Accueil > Presse > Derniers Communiqués > Lancement du débat sur l’énergie : Le Gouvernement va-t-il enfin se préoccuper d’environnement ?
Lancement du débat sur l’énergie : Le Gouvernement va-t-il enfin se préoccuper d’environnement ?
date 29 novembre 2012
texte+ texte- google twitter facebook

Montreuil, le 29 novembre 2012 - Depuis l’arrivée au pouvoir du Gouvernement, il y a déjà plus de six mois, nos associations sont allées de désillusions en mécontentements concernant la politique menée dans le domaine environnemental.

Communiqué du Réseau Action Climat et de ses associations membres



- Consultez la rubrique "Débat sur la transition énergétique"

Alors qu’aujourd’hui est officiellement lancé le débat sur la transition énergétique, nos associations rappellent au Gouvernement que ce débat ne doit pas servir de faire-valoir quand à côté, de nombreux arbitrages sont pris et vont dans le sens inverse de ce qu’exige la transition énergétique.

Rien qu’hier, à la veille de l’ouverture de ce débat, deux initiatives sont encore venues porter un coup de canif dans les intentions affichées par le Gouvernement : une prolongation de la baisse du prix des carburants jusqu’en janvier alors que celle-ci, écologiquement désastreuse en plus d’être inadaptée à la situation de précarité des plus vulnérables, devait cesser. Et une prise de position du Ministre du redressement productif en faveur des gaz de schistes, alors que l’Agence internationale de l’énergie vient de rappeler que pour limiter l’augmentation du réchauffement global en deçà de 2°C, nous devons consommer d’ici à 2050 tout au plus un tiers des réserves fossiles que nous connaissons.

Alors que le débat national sur la transition énergétique sera lancé cet après-midi, les ONG et associations de protection de l’environnement sont mobilisées pour qu’il soit ouvert, transparent, pluraliste et sans tabou.
En effet, aujourd’hui et alors que le Président de la République a annoncé vouloir faire de la concertation le maitre mot de son quinquennat, force est de constater que les agissements du Gouvernement à Notre Dame des Landes font table rase de cette ligne de conduite.

Le Gouvernement a annoncé qu’il n’y aurait pas de tabou dans le cadre du débat sur la transition énergétique. Nos associations attendent que cette promesse soit tenue, ce qui implique :


- Que les infrastructures de transport, y compris l’aéroport de Notre Dame des Landes, fassent partie du périmètre des discussions ;
- Que les questions de fiscalité et de décentralisation des compétences dans le domaine de l’énergie soient également reliées au débat sur la transition énergétique. A l’heure actuelle, deux processus ont été engagés parallèlement au débat sur ces enjeux ; nos associations ne savent toujours pas comment des liens seront faits pour que ces deux enjeux essentiels de la transition soient discutés avec l’ensemble des parties prenantes au débat ;
- Que les 61 permis d’exploration concernant les gaz et huiles de schiste qui courent encore aujourd’hui soient abrogés ;
- Que des scénarios de sortie du nucléaire soient abordés. En effet, le périmètre du débat doit être large et les conclusions ne peuvent être posées à l’avance ;
- Que le rehaussement de l’objectif 2020 de réduction des émissions de gaz à effet de serre fasse partie du périmètre du débat : le Président de la République a pris position, lors de la campagne électorale, en faveur d’un objectif européen de réduction des émissions plus ambitieux, de -30% au lieu des -20% actuels. Il s’agit d’un enjeu crucial pour le climat.


Ce n’est que sous ces conditions qu’un véritable débat, démocratique et ouvert sur tous les enjeux essentiels de la transition énergétique, pourra s’engager. Nos associations appellent donc le Gouvernement à prendre en compte ces demandes lors de la première réunion du Conseil national et à témoigner ainsi d’une ouverture et d’une volonté de concertation réelles qui, jusqu’ici, ont trop souvent fait défaut.


Contact :

- Morgane Créach, directrice du Réseau Action Climat - 01 48 58 83 92 / 06 59 25 19 31 - morgane@rac-f.org