logo
LES MEMBRES
greenpeace
wwf
lpo
oxfam} alofa tulavu
4d
gret
helio
hespul
cler
amis de la terre
agir pour l'environnement
fnaut
fub
solar generation
reseau sortir du nucleaire
cniid
wecf
associations locales

MAILING LISTE

La liste climat du RAC-F vous permet de recevoir et d’envoyer des informations sur les changements climatiques.
S'abonner Se désabonner
attention ça chauffe
can
illustration
Accueil > Changements climatiques > Web Bibliothèque Climat > Emissions de gaz à effet de serre > Scénarios d’émissions de GES > La stabilisation de l’atmosphère et le rythme de la mitigation du carbone
La stabilisation de l’atmosphère et le rythme de la mitigation du carbone
date 13 février 2008
texte+ texte- google twitter facebook

Climatic Change - 13 février 2008

- Thème : Scénarios d’émissions de GES
- Titre : La stabilisation de l’atmosphère et le rythme de la mitigation du carbone
- Titre original : Atmospheric stabilization and the timing of carbon mitigation
- Auteur : B. K. Mignone et al.
- Revue : Climatic Change
- Date de parution : 13 février 2008
- Lien de consultation : http://www.springerlink.com/content...
>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>

Cette étude s’intéresse au rythme qu’il est nécessaire d’appliquer à la décroissance des émissions mondiales de CO² en vue de stabiliser sa concentration atmosphérique à 550 parties par millions (ppm), soit le double de sa concentration pré-industrielle, un objectif couramment cité dans les politiques climatiques. Il apparaît que tout déclin des émissions de l’ordre de 1 % par an à partir de l’année d’étude (2008) permettrait de limiter la concentration finale à environ 475 ppm. En revanche, en cas de retard dans le déclin des émissions, chaque année supplémentaire d’inaction conduirait à une augmentation de la concentration finale de CO² de 9 ppm en moyenne. Tout retard de plus de 10 ans aurait donc pour conséquence d’empêcher la stabilisation sous le seuil fixé de 550 ppm ; de plus, il apparaît qu’en cas de retard trop important pour débuter le déclin des émissions, il serait ultérieurement nécessaire de les faire diminuer à un taux tellement élevé qu’il en deviendrait irréaliste. Tout objectif de stabilisation du climat aux niveaux les plus couramment cités devra donc impérativement se traduire par une diminution concrète des émissions, dans les deux décennies à venir au plus tard.


Consultez l’article : [http://www.springerlink.com/content...]