logo
LES MEMBRES
greenpeace
wwf
lpo
oxfam} alofa tulavu
4d
gret
helio
hespul
cler
amis de la terre
agir pour l'environnement
fnaut
fub
solar generation
reseau sortir du nucleaire
cniid
wecf
associations locales

MAILING LISTE

La liste climat du RAC-F vous permet de recevoir et d’envoyer des informations sur les changements climatiques.
S'abonner Se désabonner
attention ça chauffe
can
illustration
Accueil > Changements climatiques > Réponses aux sceptiques > La science du climat salie par sa propre Académie
La science du climat salie par sa propre Académie
date 29 septembre 2011
texte+ texte- google twitter facebook

La Fondation sceptique de Claude Allègre installe ses quartiers à l’Institut de France. Le Réseau Action Climat est profondément choqué par cette nouvelle et encourage la communauté scientifique à réagir.

On pensait en avoir terminé avec cette stupidité malveillante, on pensait ne plus avoir à faire à ces manipulations qui haranguent l’ignorance et crient au complot scientifique.
L’Académie des Sciences avait fait le ménage - croyait-on - en infligeant publiquement le 26 octobre dernier un lourd camouflet aux thèses négativistes d’Allègre, Courtillot et consorts.
La Ministre Valérie Pécresse en personne, avait donné raison à l’immense et silencieuse majorité des scientifiques du climat :
oui le climat change, oui l’homme est responsable de l’ampleur et de la vitesse de ce changement.

La conclusion de cette douloureuse époque pour la communauté scientifique laissait penser que l’on pouvait tourner la page.
Mais voilà que Claude Allègre bouge encore.
Pire, il a rassemblé autour de lui des têtes influentes et des intérêts féroces pour installer sa Fondation de la négation au cœur de l’Institut de France (qui regroupe les cinq Académies françaises), et noyauter ainsi ce qui doit être le plus respectable centre de sciences du pays.

On savait l’homme résistant à l’immoralité et persuasif, doté de compétences certaines en manipulation médiatique et manœuvres politiques, mais quelle indignation de constater l’abject jeu de pouvoir qui a pu le mener à briguer - et se voir accorder - une telle caution officielle.

Ulcéré par la nouvelle qui insulte la science du climat et ceux qui la respectent, Hervé Kempf a intitulé son billet « La science a honte ».
Nous espérons que la honte ne tue pas, et que cette nouvelle humiliation fera naitre une solide mobilisation des communautés scientifiques - toutes spécialités confondues - pour déloger rapidement cette fondation du mensonge et la remettre définitivement à sa place, c’est à dire bien loin de la science respectable, honnête et exigeante qui fait la fierté de notre pays.