logo
LES MEMBRES
greenpeace
wwf
lpo
oxfam} alofa tulavu
4d
gret
helio
hespul
cler
amis de la terre
agir pour l'environnement
fnaut
fub
solar generation
reseau sortir du nucleaire
cniid
wecf
associations locales

MAILING LISTE

La liste climat du RAC-F vous permet de recevoir et d’envoyer des informations sur les changements climatiques.
S'abonner Se désabonner
attention ça chauffe
can
illustration
Accueil > Se tenir informé > Nos publications > La responsabilité climatique des entreprises - L’élargir aux émissions indirectes !
La responsabilité climatique des entreprises - L’élargir aux émissions indirectes !
date 12 avril
texte+ texte- google twitter facebook

Une analyse des reportings carbone et des objectifs climat de 20 entreprises françaises (dont Air France, Engie, Total etc.) qui souligne l’importance de la prise en compte des émissions indirectes liées aux activités des entreprises (scope3).

Le Réseau Action Climat France vient de publier une analyse de la prise en compte des enjeux des changements climatiques dans le reporting et engagements de 20 entreprises françaises.

La responsabilité climatique des entreprises - l’élargir aux émissions indirectes !

La liste des entreprises analysées :

Air France KLM, Alstom, BNP Paribas, Capgemini, Carrefour, Crédit agricole, Danone, EDF, Engie, L’Oréal, Lafarge SA, Pernod-Ricard, Renault, Sanofi, Schneider Electric, Société générale, Suez Environnement, Total, Veolia Environnement, Vinci

L’analyse montre une bonne nouvelle :
Dans l’échantillon de l’étude, les reportings carbone des entreprises prennent de mieux en mieux en compte des émissions indirectes (scope 3). Les reportings carbone communiquent de plus en plus et de mieux en mieux sur les 8 postes d’émissions du scope 3. En comparant les années de reporting 2011 et 2014, on constate que les entreprises intègrent davantage les postes d’émissions les plus pertinentes du scope 3 dans leur reporting. On peut donc constater qu’il existe un effet d’apprentissage et une meilleure maturité des méthodologies de comptabilisation des émissions indirectes.
Mais cette amélioration du reporting se montre surtout à l’échelle du groupe. Les bilans de gaz à effet de serre (Beges) obligatoires en France sur l’activité française des grandes entreprises (qui sont souvent des multinationales) sont souvent limités au reporting des émissions directes (scopes 1 et 2 qui sont obligatoires, contrairement au scope 3 ).

Les engagements climat restent insuffisants :
20/20 font un reporting sur des postes du scope 3
14/20 font un reporting sur le / les poste(s) pertinentes
6/20 mettent en place un objectif climat sur des émissions du scope 3
1/20 met en place un objectif sur le(s) poste(s) du scope 3 le(s) plus pertinent(s)
0/20 justifie l ’ambition de leur objectif avec une trajectoire climatique…
—> Donc 0/20 se charge véritablement « d’attaquer » leur poids carbone et le rendre cohérent avec une politique climatique mondiale !

La publication : La responsabilité climatique des entreprises - l’élargir aux émissions indirectes !

PDF - 1.6 Mo
Emissions indirectes des entreprises_RAC-2016

La synthèse de la publication :

PDF - 1005.3 ko
Emissions indirectes des entreprises_RAC-2016-SYNTHESE

La synthèse de la publication en anglais :

PDF - 1011.4 ko
Emissions indirectes des entreprises_RAC-2016-SYNTHESE-anglais

Glossaire de l’article :

Beges - Bilan de gaz à effet de serre règlementaires selon l’Art. 75 du 12 juillet 2010]

CDP – Le CDP (qui s’appelait Carbon Disclosure Project jusqu’à la fin 2012) est une organisation à but non lucratif visant à étudier l’impact des principales entreprises mondiales cotées en bourse sur le changement climatique.

Les émissions indirectes (ou SCOPE 3) - Les émissions indirectement produites par les activités de l’organisation qui ne sont pas comptabilisées au scope 2 mais qui sont liées à la chaîne de valeur complète comme par exemple : l’achat de matières premières, de services ou autres produits, les déplacements des salariés, transport amont et aval des marchandises, gestions des déchets générés par les activités de l’organisme, utilisation et fin de vie des produits et services vendus, immobilisation des biens et équipements de production.