logo
LES MEMBRES
greenpeace
wwf
lpo
oxfam} alofa tulavu
4d
gret
helio
hespul
cler
amis de la terre
agir pour l'environnement
fnaut
fub
solar generation
reseau sortir du nucleaire
cniid
wecf
associations locales

MAILING LISTE

La liste climat du RAC-F vous permet de recevoir et d’envoyer des informations sur les changements climatiques.
S'abonner Se désabonner
attention ça chauffe
can
illustration
Accueil > Presse > Archives > Communiqués de presse 2005 > La maison brûle et un trio de députés attise le feu !
La maison brûle et un trio de députés attise le feu !
date 23 mars 2005
texte+ texte- google twitter facebook

12 ONG demandent le retrait des amendements anti-éoliens 122 et 123
(CAE 152 et CAE 133) à la Loi d’Orientation de l’Energie.

La maison brûle et un trio de députés attise le feu !

Un mois à peine après l’entrée en vigueur du protocole de Kyoto en faveur duquel Monsieur Jacques Chirac
en personne a pesé de tout son poids, des députés de sa propre majorité s’apprêtent à signer l’arrêt de mort
de la filière éolienne en France : de quoi réduire à néant toute crédibilité des discours présidentiels sur le
développement durable.

Le "débat national" du printemps 2003 avait permis de dégager un consensus sur les priorités en matière
d’énergie : réduction des consommations, actions sur les comportements, développement des énergies
renouvelables. Le gouvernement avait notamment confirmé l’engagement de la France à augmenter de 15 à
21 % d’ici 2010 la part des renouvelables dans le "bouquet électrique" français, conformément à la directive
européenne sur les énergies renouvelables adoptée en 2001.

Un an plus tard, c’est le zéro pointé : le pic de consommation électrique de février 2005 à 86 GW de
puissance instantanée a fait l’objet de commentaires élogieux, alors qu’il aurait fallu s’inquiéter de cette
tendance gravissime au "toujours plus". La preuve en tout cas que l’on en reste soigneusement aux discours
alors que ce sont d’actions urgentes et vigoureuses dont la planète a besoin.

Et voici que, par le biais du dépôt de deux amendements ambigus au "Projet de Loi d’Orientation sur
l’Energie" qui doit venir en deuxième lecture les mercredi 23 et jeudi 24 mars à l’Assemblée, les députés
UMP Poignant, Ollier et Nicolas se proposent de briser la filière éolienne, alors que chacun sait qu’elle seule
est à l’heure actuelle en mesure de permettre à la France de remplir ses propres engagements.

Il s’agit d’une part de limiter le bénéfice de l’obligation d’achat mis en place en 2000 aux petites éoliennes
(moins de 300 kW) et, à l’opposé, aux parcs de très grande puissance (plus de 30 MW) - la quasi totalité
des projets en cours de développement en serait exclu - et d’autre part de multiplier encore des contraintes
administratives, pourtant déjà particulièrement nombreuses, jusqu’à l’absurde.

Proposer de telles mesures anti-éoliennes, c’est se moquer de l’avis de l’immense majorité des Français qui
se déclare favorable à plus de 80 % à cette forme de production d’électricité. C’est faire fi des nombreux
autres avantages d’une technologie qui a aujourd’hui atteint une vraie maturité industrielle, avec des milliers
d’emplois à la clé, avec une contribution essentielle à l’économie locale en milieu rural, avec des risques
maîtrisés en matière d’environnement et de sécurité, avec une absence totale de rupture
d’approvisionnement, sans oublier la participation positive à l’équilibre du réseau de transport haute-tension
désormais reconnue par le gestionnaire RTE, filiale d’EDF.

Ces amendements, s’ils étaient adoptés, mettraient la France au ban des États qui ont choisi d’assumer
leurs responsabilités face à la certitude des catastrophes dues à notre boulimie énergétique et
environnementale. Ils exposeraient ce gouvernement et ce Parlement à la risée de l’Europe et du monde
entier par la démonstration de leur incapacité totale à mettre de l’ordre entre leurs discours et leurs actes.

Devant une telle situation, nous en appelons à la responsabilité et à la sagesse du Parlement et du
Gouvernement pour faire en sorte que ces amendements soient purement et simplement rejetés.