logo
LES MEMBRES
greenpeace
wwf
lpo
oxfam} alofa tulavu
4d
gret
helio
hespul
cler
amis de la terre
agir pour l'environnement
fnaut
fub
solar generation
reseau sortir du nucleaire
cniid
wecf
associations locales

MAILING LISTE

La liste climat du RAC-F vous permet de recevoir et d’envoyer des informations sur les changements climatiques.
S'abonner Se désabonner
attention ça chauffe
can
illustration
Accueil > Presse > Derniers Communiqués > La course aux réductions d’émissions des voitures doit s’accélérer
La course aux réductions d’émissions des voitures doit s’accélérer
date 16 juin 2015
texte+ texte- google twitter facebook

Transport & Environment, dont le Réseau Action Climat est membre, publie un nouveau classement des constructeurs automobiles qui témoigne de l’efficacité des normes européennes pour accélérer les réductions d’émissions de CO2 des véhicules. Les décideurs européens, dont la France, doivent s’assurer que ces progrès se traduisent par une réduction de même niveau dans la réalité, et doivent, dès 2016, fixer un objectif contraignant de moins de 70GCO2/km pour 2025.

Les constructeurs français sont en bonne voie

Dans leur ensemble, l’étude de Transport & Environmentrévèle que les émissions de CO2 des voitures neuves vendues en Europe sont en-deça de la limite des émissions fixée pour 2015 (130gCO2/km) puisqu’elles s’élèvent à 124gCO2/km en moyenne en 2014. Seuls trois constructeurs (Honda, Suzuki et Hyundai) n’ont pas atteint leurs objectifs.

PSA Peugeot Citroën se place en en première place de ce classement avec une moyenne des émissions de ses véhicules vendus en 2014 en Europe de 110,1gCO2/km, tandis que Renault descend à la troisième place avec une moyenne de 113,6gCO2/km. Le constructeur japonais Nissan se fait remarquer par une forte réduction de ses émissions (-12%), permise par des progrès significatifs de l’efficacité énergétique de ses véhicules thermiques.

S’ils maintiennent le cap, Nissan, Volvo Toyota, Renault et Daimler seront en mesure d’atteindre leurs objectifs respectifs (1) d’ici à 2021. La majorité des constructeurs automobiles doit en revanche accélérer le développement de véhicules plus efficients pour atteindre leurs objectifs.

Mais la route est encore longue

Ces données ne tiennent pas compte des écarts constatés entre les "émissions officielles" mesurées lors des tests d’homologation et les émissions réellement occasionnées sur les routes. La moitié des réductions affichées est factice en raison de l’obsolescence du cycle de test (NEDC) et des manipulations des constructeurs pour optimiser leurs résultats, avec la complicité des laboratoires.

Pour Lorelei Limousin, « alors que les constructeurs automobiles jouent la montre pour repousser la réforme des tests de mesure, la commission européenne doit mettre fin aux abus actuels en introduisant le nouveau cycle en 2017 au plus tard, pour assurer que les économies de carburant se réalisent sur les routes aussi ».

Objectif 2025 : La France doit ouvrir la voie

Ces résultats démentent les prédictions alarmistes des constructeurs automobiles qui jugeaient impossible l’atteinte des objectifs de réduction pour 2020. Ils doivent se rendre à l’évidence : en plus de pousser les constructeurs à l’innovation, les normes permettent de réduire les émissions de CO2 des véhicules neufs (-40% entre 2007 et 2021) et les importations de pétrole (-1 Md€ par an).

Pour Lorelei Limousin, alors que les travaux commencent tout juste à Bruxelles, « « il est totalement incohérent de voir les constructeurs européens se mettre en ordre de bataille pour tuer dans l’œuf toute réglementation pour 2025 alors qu’elle est dans l’intérêt. »

Pour atteindre les objectifs de réduction des émissions de gaz à effet de serre que l’Union européenne s’est fixé pour 2030, l’introduction d’une norme ambitieuse pour 2025 est indispensable. L’intérêt de ce type de mesures dépasse l’enjeu environnemental, en témoignent l’appétit des consommateurs français pour les véhicules moins gourmands en carburant (2) et le bon classement des constructeurs automobiles français dans le top 5 des moins émetteurs de CO2. Pour Lorelei Limousin, « ce sont autant d’arguments qui devraient convaincre la France à sortir du bois et plaider auprès de la Commission européenne pour l’introduction d’une norme ambitieuse inférieure à 70gCO2/km pour 2025. »

Contact presse :
Lorelei Limousin, Responsable climat et transports : 07 70 31 09 19 - lorelei@rac-f.org

Notes :
Lien vers le rapport en anglais :
http://www.transportenvironment.org...ën-lands-top-award-fuel-efficient-cars

(1) Les émissions de CO2 de toutes les voitures vendues en Europe ne doivent pas dépasser 130gCO2/km 95GCO2/km en 2021 en moyenne. Chaque constructeur s’est vu attribué un objectif particulier en fonction du poids moyen de ses véhicules vendus.
(2) Les émissions des véhicules neufs vendus en France en 2014 atteignaient 114gCO2.km en moyenne ; http://www.ccfa.fr/IMG/pdf/tdb_n41_...

Contexte : Les voitures émettent à elles-seules un huitième du total des émissions de CO2 de l’Europe, soit 12% environ. La quantité des émissions de CO2 rejetées par les véhicules est directement liée à la quantité de carburant qu’ils brûlent. Des véhicules peu émetteurs sont donc des véhicules plus efficaces en énergie et plus économes à l’utilisation pour le consommateur. L’Union européenne fixe des objectifs d’émissions pour les véhicules neufs à 130gCO2/Km pour 2015 et de 95gCO2/km pour 2021. Le Parlement européen préconise l’introduction d’une norme contraignante de 68 à 78gCO2/km pour 2025.