logo
LES MEMBRES
greenpeace
wwf
lpo
oxfam} alofa tulavu
4d
gret
helio
hespul
cler
amis de la terre
agir pour l'environnement
fnaut
fub
solar generation
reseau sortir du nucleaire
cniid
wecf
associations locales

MAILING LISTE

La liste climat du RAC-F vous permet de recevoir et d’envoyer des informations sur les changements climatiques.
S'abonner Se désabonner
attention ça chauffe
can
illustration
Accueil > Réseau Action Climat > Nos activités > Le RAC-F dans la presse... > Articles 2005-2006 > La carte grise verte A compter du 1er janvier 2006, les propriétaires de véhicules rejetant au moins 200g de CO2 par km devront acquitter de 2 à 4 euros de plus par gramme de CO2 rejeté
"Liberation.fr" Laure NOUAHLAT
21 octobre 2005
La carte grise verte A compter du 1er janvier 2006, les propriétaires de véhicules rejetant au moins 200g de CO2 par km devront acquitter de 2 à 4 euros de plus par gramme de CO2 rejeté
"Liberation.fr" Laure NOUAHLAT
21 octobre 2005
date 2 décembre 2005
texte+ texte- google twitter facebook

La carte grise verte A compter du 1er janvier 2006, les propriétaires de véhicules rejetant au moins 200g de CO2 par km devront acquitter de 2 à 4 euros de plus par gramme de CO2 rejeté
"Liberation.fr" Laure NOUAHLAT
21 octobre 2005
http://www.liberation.fr/page.php?A...

il y aura désormais un malus pour les véhicules les plus polluants. Les
députés ont approuvé vendredi la création d’une taxe pénalisant les
véhicules rejetant au moins 200g de CO2 par km, payable lors de la
délivrance de la carte grise.

Les propriétaires de ces véhicules devront acquitter de 2 à 4 euros de plus
par gramme de CO2 rejeté par kilomètre au-delà des 200 grammes. Cette taxe
s’appliquera aux véhicules dont les cartes grises seront délivrées à partir
du 1er janvier 2006.

Le produit de la taxe est estimé entre 12 et 15 millions d’euros en 2006 et
il sera intégralement reversé à l’Agence de l’environnement et de la
maîtrise de l’énergie. Chaque année, l’Ademe fait réaliser un « carlabelling »
qui établit les consommations de carburant et les émissions de CO2, véhicule
par véhicule, marque par marque.

S’attaquer aux véhicules émettant plus de 200g de CO2/km revient à
s’attaquer à 8% des voitures neuves achetées chaque année. Quand la mesure
avait été annoncée le 1er septembre dans le discours de rentrée du Premier
ministre, il s’agissait d’un malus sur les véhicules les plus polluants qui
englobait tous les véhicules émettant plus de 140 grammes de dioxyde de
carbone par kilomètre. Soit plus de 50% des véhicules neufs achetés dans
l’année.

Au lendemain du discours, les associations écologistes (le réseau Action
Climat, Greenpeace et Agir pour l’environnement) se réjouissent. « C’était
alors considéré comme une petite avancée : la personne allant acheter son
véhicule pouvait être sensibilisée », explique Olivier Louchard du réseau
Action Climat. Toutefois, la petite pédagogie du porte-monnaie ne peut avoir
d’impact environnemental important. « Ça renvoie au comportement à l’achat,
ce qui ne change rien pour l’environnement », explique les associations.

Quelques jours après le discours de Villepin, la ministre de l’Ecologie,
Nelly Olin, annonce un malus sur les véhicules émettant plus de 200 g de
CO2/km. Entre les deux discours, le seuil a été relevé de 60 g de CO2 / km...
Que s’est-il passé ?

Deux hypothèses : soit les députés UMP sont montés au créneau pour faire
relever le seuil, comme ils l’avaient fait lors de la présentation du
bonus-malus de Serge Lepeltier (ancien ministre de l’écologie). Soit les
constructeurs français ont exprimé leur mécontentement : la majorité de
leurs modèles émet plus de 140 g de CO2 / km.

Restent ceux qui sont prêts à lâcher 100.000 euros pour s’offrir une Porsche
Cayenne (le 4x4 de luxe par excellence). A ce prix là, quelques euros de
plus ou de moins...