logo
LES MEMBRES
greenpeace
wwf
lpo
oxfam} alofa tulavu
4d
gret
helio
hespul
cler
amis de la terre
agir pour l'environnement
fnaut
fub
solar generation
reseau sortir du nucleaire
cniid
wecf
associations locales

MAILING LISTE

La liste climat du RAC-F vous permet de recevoir et d’envoyer des informations sur les changements climatiques.
S'abonner Se désabonner
attention ça chauffe
can
illustration
Accueil > Politiques et mesures > Politiques européennes > Marché européen des quotas d’émission de CO2 > La Pologne exige des quotas d’émission de CO2 pour des centrales fantômes !
La Pologne exige des quotas d’émission de CO2 pour des centrales fantômes !
date 11 juillet 2012
texte+ texte- google twitter facebook

Grâce à une dérogation accordée aux 10 nouveaux Etats membres de l’Union européenne, la Pologne demande l’équivalent de 7 milliards d’euros en quotas de CO2 pour faire fonctionner ses centrales à charbon. Au moins l’une de ces centrales n’existe pas.

Adoptée en même temps que le Paquet Energie climat de l’Union européenne en 2008, la dérogation "10c" du marché européen des quotas permet aux entreprises de production d’énergie des 10 nouveaux Etats membres de l’UE de continuer à recevoir gratuitement des quotas de CO2. A partir du 1er janvier 2013, en effet, toutes les installations de production d’énergie du reste de l’UE seront obligées d’acheter aux enchères leurs quotas d’émission. La dérogation 10c visait à rendre progressive l’entrée des pays européens en transition dans une économie sobre en CO2 et en énergie.


Cette dérogation prévoit que les centrales dont la construction était déjà planifiée avant décembre 2008 recevront des quotas gratuits, à condition que les Etats leur aient attribué ces quotas avant le 30 juin 2011. La dérogation demande également que les fonds qui résultent de cette allocation gratuite soient réinvestis dans la modernisation, la diversification et l’amélioration écologique de la production d’électricité.


D’après le site d’information européen Euractiv.com [1], la Pologne demande l’équivalent de 33 millions d’euros en quotas de CO2 pour une centrale à charbon qui n’existe pas. D’autres installations fantômes pourraient être concernées.

C’est le Groupe GDF Suez qui a déclaré officiellement, en juin 2011, le lancement de la construction de cette centrale près de Łęczna. Des journalistes d’Euractiv se sont déplacés sur le site de la future centrale et n’ont trouvé que des champs et des pâturages, encore exploités par les paysans. Aucune indication physique d’un chantier actuel ou futur n’a pu être décelée.

Le Réseau Action Climat France demande à la Commission européenne de lever le voile sur la mise en œuvre frauduleuse de la Directive européenne sur le marché des quotas de CO2 en Pologne. Face à un tel comportement, l’Union européenne ne peut continuer à faire des cadeaux à la Pologne, notamment dans le cadre des discussions sur le rehaussement de l’ambition climatique de l’Europe et la révision du marché européen des quotas.