logo
LES MEMBRES
greenpeace
wwf
lpo
oxfam} alofa tulavu
4d
gret
helio
hespul
cler
amis de la terre
agir pour l'environnement
fnaut
fub
solar generation
reseau sortir du nucleaire
cniid
wecf
associations locales

MAILING LISTE

La liste climat du RAC-F vous permet de recevoir et d’envoyer des informations sur les changements climatiques.
S'abonner Se désabonner
attention ça chauffe
can
illustration
Accueil > Politiques et mesures > Politiques européennes > Efficacité énergétique > La France jouerait-elle un double jeu sur l’efficacité énergétique ?
La France jouerait-elle un double jeu sur l’efficacité énergétique ?
date 23 novembre 2011
texte+ texte- google twitter facebook

A la veille du Conseil des Ministres européens de l’Environnement, le Réseau Action Climat souhaite que la France se prononce en faveur d’une directive sur l’efficacité énergétique ambitieuse.

Communiqué du Réseau Action Climat – France et de ses associations membres



Montreuil, le 23 novembre 2011 - Demain les ministres européens sur l’énergie donneront leur position sur la proposition de directive relative à l’efficacité énergétique présentée par la Commission européenne le 22 juin 2011.

Se doter d’une politique clarifiée en la matière et rendre cet objectif finalement contraignant devraient achever la mise en cohérence des politiques européennes relevant du paquet climat énergie.

Car la Commission le reconnaît : sans de nouvelles mesures s’appliquant aux États-Membres, l’Union Européenne sera incapable de respecter les 20% d’économies d’énergie tant vantées.
Au mieux, ce sera la moitié de l’objectif qui sera atteint.

En pleine crise économique, les économies d’énergie seraient pourtant bienvenues :
- réduction de la facture globale qui pèse tant dans la balance commerciale des Etats : 48Mrd€ en 2010 pour la France soit la totalité de son déficit commercial,
- réduction de la dépendance énergétique : la France importe 100% de son pétrole, de son gaz, de son charbon, ainsi que de son uranium...
- création d’emplois non délocalisables (dans le secteur du bâtiment, des énergies renouvelables, des transports notamment).

La France claironne son avance en matière d’efficacité énergétique, s’enorgueillissant de ses mesures Grenelle, de son plan bâtiment, de sa table ronde sur l’efficacité énergétique...

Il semble naturel qu’elle soit le fer de lance d’une directive ambitieuse, en y associant un objectif contraignant dès aujourd’hui (et non en 2014 comme le propose la Commission) et en défendant la mise en place des systèmes de certificats d’économies d’énergie dans tous les pays européens.

« Sous prétexte de responsabiliser les États membres en leur garantissant le maximum de flexibilité dans la mise en œuvre de mesures adaptées à leur contexte, la France détricote la directive et s’assoit sur tout objectif contraignant. Mais cette flexibilité ne peut fonctionner que si l’objectif global s’impose à tous. L’objectif contraignant est la condition de la réussite. », observe Stéphanie Cabantous des Amis de la Terre.

En effet, « il semble qu’en dépit des efforts de l’Etat français sur la définition d’objectifs ambitieux en termes d’efficacité énergétique à l’échelle national, son engament à Bruxelles est loin d’être à la hauteur de l’enjeu. Comment peut-il d’un côté organiser une table ronde sur l’efficacité énergétique en France et dans le même temps être aussi timoré, pour ne pas dire contre-productif à l’échelle européenne ? », s’interroge Meike Fink du RAC-F.

« Dans les années à venir il n’y aura pas une deuxième opportunité de créer un cadre européen fort sur cette question de l’efficacité énergétique. Trouver un accord avec 27 États Membres représente un défi énorme et il en va de la responsabilité des pays les plus avancés en la matière - comme la France – d’être moteur pour une directive ambitieuse et de défendre cet intérêt général devant des États plus réticents. », souligne Raphaël Claustre du CLER.

Nous souhaitons donc que la France s’engage demain lors du Conseil de l’UE à défendre une Directive Efficacité énergétique ambitieuse et se positionne activement en faveur
- d’un objectif contraignant en termes d’efficacité énergétique à l’échelle européenne et
- de la mise en place des systèmes de certificats d’économies d’énergies partout en Europe.


Contacts :
- Meike Fink - Chargée de mission climat & énergie - RAC-F : 06 42 28 45 40
- Raphaël Claustre - Directeur - CLER : 01 55 86 80 00 / 06 03 85 87 96
- Stéphanie Cabantous - Chargée de mission – Les Amis de la Terre : 01 48 51 18 95