logo
LES MEMBRES
greenpeace
wwf
lpo
oxfam} alofa tulavu
4d
gret
helio
hespul
cler
amis de la terre
agir pour l'environnement
fnaut
fub
solar generation
reseau sortir du nucleaire
cniid
wecf
associations locales

MAILING LISTE

La liste climat du RAC-F vous permet de recevoir et d’envoyer des informations sur les changements climatiques.
S'abonner Se désabonner
attention ça chauffe
can
illustration
Accueil > Politiques et mesures > Politiques françaises > Statistiques Climat > La France émet toujours plus de C02 qu’en 1990
La France émet toujours plus de C02 qu’en 1990
date 31 août 2010
texte+ texte- google twitter facebook

Coup sur coup, des rapports contradictoires pointent les performances françaises sur le niveau d’émissions annuelles de C02 en France.

Vendredi 6 août, une commission officielle canadienne décernait à la France la médaille de la sobriété carbone en la plaçant en tête des pays du G8. Rapidement, le Commissariat Général au Développement Durable (CGDD) a dû tempéré cet enthousiasme en publiant un rapport (CO2 et activités économiques de la France - Tendances 1990-2007 et facteurs d’évolution) indiquant que la France est loin d’être exemplaire en la matière.

En couplant les chiffres du CITEPA avec les statistiques du CGDD, le rapport montre une stabilité entre les niveaux de 1990 (438 millions de tonnes) et ceux de 2007 (439 millions de tonnes).

Ainsi, alors que la loi POPE de 2005 impose à la France de réduire ses émissions de CO2 de 3% par an, le CGDD constate qu’en 17 ans, nos émissions n’ont pas bougé d’un iota.

Comment cela se fait-il ? En réalité, il semble que la cure d’amaigrissement carbone de la France de ces dernières années ait été annulée par une hausse générale de la production, des échanges et de la consommation.

Les performances énergétiques des processus de productions augmentent, les comportements s’améliorent, la prise de conscience générale s’opère, mais nous produisons, échangeons et consommons de plus en plus de biens et de services. Au final, nos émissions de CO2 progressent fatalement.
Par exemple : ces 20 dernières années, les voitures n’ont cessé de perdre du poids et de l’appétit pour les carburants. Mais ces évolutions ont été gommées par l’accroissement du kilométrage parcouru.

Autre information majeure de ce rapport, si l’on considère la demande finale française (avec imports-exports), on passe de 6,7 tonnes de CO2 par personne par an sur la base des émissions en France à environ 9 tonnes de CO2 par personne sur le périmètre de la consommation française.