logo
LES MEMBRES
greenpeace
wwf
lpo
oxfam} alofa tulavu
4d
gret
helio
hespul
cler
amis de la terre
agir pour l'environnement
fnaut
fub
solar generation
reseau sortir du nucleaire
cniid
wecf
associations locales

MAILING LISTE

La liste climat du RAC-F vous permet de recevoir et d’envoyer des informations sur les changements climatiques.
S'abonner Se désabonner
attention ça chauffe
can
illustration
Accueil > Presse > Derniers Communiqués > Communiqués des membres du RAC-F > La Banque mondiale viole ses engagements de financement des renouvelables
La Banque mondiale viole ses engagements de financement des renouvelables
date 3 novembre 2005
texte+ texte- google twitter facebook

Paris, le 2 novembre 2005
Communiqué de presse

La Banque mondiale viole ses engagements de financement des renouvelables

Un nouveau rapport des Amis de la Terre Etats Unis met en évidence
l’échec de la Banque mondiale à respecter son engagement en matière de
financement des énergies renouvelables et de l’efficacité énergétique.
Le rapport paraît alors que s’achève la réunion des ministres de
l’énergie des pays du G8 (Londres, 1er novembre) et que se déroule une
Conférence Internationale sur l’Efficacité Energétique (Londres, 2 et 3
novembre). Les Amis de la Terre demandent un changement de cap radical
de la politique énergétique de la Banque.

Le rapport « Echec énergétique : comment la Banque mondiale échoue à
financer les énergies renouvelables pour le développement » met en
évidence que les financements de la Banque pour les renouvelables n’ont
augmenté que de 7% en 2005, soit 14 millions $ supplémentaires
seulement. Au Sommet mondial sur les renouvelables de Bonn (juin 2004),
la Banque avait pourtant pris l’engagement d’augmenter ses financements
en la matière de 20% par an les 5 années suivantes. En 2005, les
renouvelables et l’efficacité énergétique ne représentent que 9% du
portfolio énergétique de la Banque.

Sébastien Godinot des Amis de la Terre estime : « Malgré l’affichage, la
Banque n’a toujours pas modifié sa politique énergétique. Elle continue
avant tout de financer l’augmentation du changement climatique, dans des
projets très controversés comme le gigantesque oléoduc
Baku-Tbilissi-Ceyhan (mer Caspienne). Et elle ré-augmente ses
financements pour des méga-barrages controversés également, comme celui
de Nam Theun 2 au Laos ».

David Waskow des Amis de la Terre Etats-Unis ajoute : « Les
renouvelables et l’efficacité énergétique ont un potentiel colossal pour
lutter contre le changement climatique qui menace des centaines de
millions de personnes, et fournir une énergie propre à ceux qui en sont
encore démunis et plongés dans la misère ».

Piquée au vif, la Banque a immédiatement réagi en estimant au contraire
qu’elle dépassait ses engagements. Mais les chiffres qu’elle avance ne
sont pas détaillés, alors que ceux des Amis de la Terre sont basés sur
les données que la Banque elle même rend publiques sur son site.

Sébastien Godinot poursuit : « C’est un échec d’autant plus grave que le
G8 de Glenneagles, en juillet 2005, a demandé à la Banque de « prendre
le leadership en créant un nouveau cadre pour les énergies propres et le
développement ». Les Amis de la Terre ont fait des propositions précises
pour que ce cadre se mette en place, et que la Banque finance la
transition énergétique. Mais est-elle capable de remettre en cause sa
politique fossile ? »

Note : Le rapport est disponible en anglais sur
<http://www.amisdelaterre.org/articl...>
http://www.amisdelaterre.org/articl....

Contact presse : Sébastien Godinot 01 48 51 18 92 / 06 68 98 83 41