logo
LES MEMBRES
greenpeace
wwf
lpo
oxfam} alofa tulavu
4d
gret
helio
hespul
cler
amis de la terre
agir pour l'environnement
fnaut
fub
solar generation
reseau sortir du nucleaire
cniid
wecf
associations locales

MAILING LISTE

La liste climat du RAC-F vous permet de recevoir et d’envoyer des informations sur les changements climatiques.
S'abonner Se désabonner
attention ça chauffe
can
illustration
Accueil > Changements climatiques > Web Bibliothèque Climat > Changements Climatiques > Neiges et glaces > L’étendue de la glace plus faible que jamais en mer Arctique
L’étendue de la glace plus faible que jamais en mer Arctique
date 8 septembre 2011
texte+ texte- google twitter facebook

Institut de physique environnementale de l’Université de Brême - 8 septembre 2011

- Thème : Changements climatiques, neiges et glaces
- Titre : L’étendue de la glace plus faible que jamais en mer Arctique
- Titre original : Arctic sea ice extent small as never before
- Auteur : Institut de physique environnementale de l’Université de Brême
- Date de parution : 8 septembre 2011
- Lien de consultation : http://www.iup.uni-bremen.de:8084/a...
>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>

Cette étude de l’Université de Brême confirme les appréhensions de la communauté scientifique depuis juillet 2011, à savoir que l’étendue de la surface de la banquise arctique était au 8 septembre 2011 plus faible qu’elle ne l’a jamais été. Avec 4240 millions de km², le précédent record de 4267 millions de km² datant de 2007, la plus petite surface de banquise jamais observée par satellite depuis 1972 et probablement depuis le dernier optimum climatique il y a 8000 ans, est ainsi battu de 0,6 %. Pour la troisième année consécutive après 2008 et 2009, les passages du nord-est et du nord-ouest de l’Arctique sont également totalement libres de glace simultanément, permettant la libre circulation des navires. Les scientifiques de l’Université de Brême établissent une corrélation directe entre cette mesure et le réchauffement climatique d’origine anthropique, la variabilité climatique naturelle survenant d’une année à l’autre ne pouvant suffire à l’expliquer à elle seule.


Consultez l’article : [http://www.iup.uni-bremen.de:8084/a...]