logo
LES MEMBRES
greenpeace
wwf
lpo
oxfam} alofa tulavu
4d
gret
helio
hespul
cler
amis de la terre
agir pour l'environnement
fnaut
fub
solar generation
reseau sortir du nucleaire
cniid
wecf
associations locales

MAILING LISTE

La liste climat du RAC-F vous permet de recevoir et d’envoyer des informations sur les changements climatiques.
S'abonner Se désabonner
attention ça chauffe
can
illustration
Accueil > Changements climatiques > Web Bibliothèque Climat > Changements Climatiques > Neiges et glaces > L’avenir des nappes glaciaires et de la banquise : entre un retrait réversible et une disparition inarrêtable
L’avenir des nappes glaciaires et de la banquise : entre un retrait réversible et une disparition inarrêtable
date 22 septembre 2009
texte+ texte- google twitter facebook

National Academy of Science - 22 septembre 2009

- Thème : Changements climatiques, neiges et glaces
- Titre : L’avenir des nappes glaciaires et de la banquise : entre un retrait réversible et une disparition inarrêtable
- Titre original : The future of ice sheets and sea ice : Between reversible retreat and unstoppable loss
- Auteur : D. Notz
- Revue : Proceedings of the National Academy of Sciences
- Date de parution : 22 septembre 2009
- Lien de consultation : http://www.pnas.org/content/106/49/...
>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>

Cette étude s’est intéressée aux effets de seuils dans les zones cryosphériques du système terrestre, c’est-à-dire les zones climatiques froides où l’eau se trouve en permanence à l’état solide. Selon la théorie, ces effets de seuil agissent de telle façon qu’une fois les nappes glaciaires ou la banquise arctique parvenues à un certain niveau de fonte et une surface minimale du fait du réchauffement climatique, la diminution afférente du réfléchissement du rayonnement solaire (albédo) par la glace rend le processus irréversible jusqu’à la fonte totale des zones gelées. Or, selon cette étude, il est probable qu’un tel effet de seuil n’existe pas pour la banquise arctique estivale, au contraire de la nappe glaciaire du Groenland et de la nappe glaciaire de l’Antarctique occidental. Par conséquent les dernières années de fonte importante pourraient être suivies d’années plus froides, durant lesquelles la banquise se reconstituerait rapidement et verrait sa surface augmenter de nouveau.


Consultez l’article : [http://www.pnas.org/content/106/49/...]