logo
LES MEMBRES
greenpeace
wwf
lpo
oxfam} alofa tulavu
4d
gret
helio
hespul
cler
amis de la terre
agir pour l'environnement
fnaut
fub
solar generation
reseau sortir du nucleaire
cniid
wecf
associations locales

MAILING LISTE

La liste climat du RAC-F vous permet de recevoir et d’envoyer des informations sur les changements climatiques.
S'abonner Se désabonner
attention ça chauffe
can
illustration
Accueil > Presse > Derniers Communiqués > L’accord de Paris entre en vigueur, il faut désormais l’appliquer
L’accord de Paris entre en vigueur, il faut désormais l’appliquer
date 5 octobre
texte+ texte- google twitter facebook

L’entrée en vigueur de l’accord de Paris dès le 7 novembre doit s’accompagner d’une accélération de la transformation profonde de l’économie mondiale, afin de sortir des énergies fossiles et de poursuivre la transition vers une énergie 100% renouvelable. Cette accélération est une nécessité, au regard des alertes répétées des scientifiques sur l’accentuation du réchauffement et des records de températures que nous franchissons chaque année.

La ratification de l’accord par l’Inde et l’Union européenne va permettre de franchir le double seuil de 55 pays et 55 % des émissions mondiales de gaz à effet de serre nécessaire pour que l’accord acquière force de loi. L’entrée en vigueur sera effective 30 jours plus tard, soit le premier jour de la COP22 à Marrakech.

« L’entrée en vigueur de l’accord de la COP21, onze mois seulement après son adoption, est une très bonne nouvelle. Elle doit pousser les gouvernements à accélérer, approfondir et intensifier dès maintenant leur action, car celle-ci reste, y compris en Europe, insuffisante pour respecter les objectifs de l’accord. Nous nous dirigeons aujourd’hui vers un réchauffement de 3°C ou plus, avec des conséquences absolument dramatiques pour l’ensemble de nos sociétés et de nos économies. En particulier, la lutte contre la faim serait fortement remise en cause dans ces conditions », rappelle Célia Gautier, responsable Politiques internationales et européennes au Réseau Action Climat.

« L’entrée en vigueur de l’Accord de Paris doit être l’occasion de prendre les mesures qui permettront d’accélérer la transition énergétique mondiale vers la sortie des énergies fossiles. En France, la première priorité, c’est d’appliquer fermement la loi de transition énergétique. Il faut aussi mettre en place un moratoire sur tous les projets climaticides - extraction d’énergies fossiles, nouvelles autoroutes, nouveaux aéroports - et commencer à planifier la sortie des énergies fossiles d’ici à 2050 et viser un horizon 100% énergie renouvelable », indique Anne Bringault, coordinatrice sur la Transition énergétique au Réseau Action Climat et au CLER-Réseau pour la transition énergétique.

« La COP22 devra prendre les premières décisions pour définir les règles de fonctionnement de l’accord de Paris et garantir sa bonne application. Les gouvernements devront y démontrer que la ratification n’est pas qu’une façade et qu’ils sont prêts à œuvrer concrètement pour renforcer la solidarité climatique envers les pays et les populations les plus pauvres. Ils doivent notamment aider ces derniers à faire face aux impacts croissants des changements climatiques. Des financements et technologies, adaptés aux besoins et aux capacités des populations locales, seront aussi nécessaires pour les aider à se développer sans passer par la case pollution, grâce aux énergies renouvelables », explique Lucile Dufour, responsable Négociations internationales et Développement au Réseau Action Climat.