logo
LES MEMBRES
greenpeace
wwf
lpo
oxfam} alofa tulavu
4d
gret
helio
hespul
cler
amis de la terre
agir pour l'environnement
fnaut
fub
solar generation
reseau sortir du nucleaire
cniid
wecf
associations locales

MAILING LISTE

La liste climat du RAC-F vous permet de recevoir et d’envoyer des informations sur les changements climatiques.
S'abonner Se désabonner
attention ça chauffe
can
illustration
Accueil > Réseau Action Climat > Nos activités > Le RAC-F dans la presse... > Articles 2003 - 2004 > Kyoto : le "oui" de Moscou salué par les écologistes
Kyoto : le "oui" de Moscou salué par les écologistes
date 20 février 2006
texte+ texte- google twitter facebook

Kyoto : le "oui" de Moscou salué par les écologistes
Le Monde, 22 octobre 2004

Le Programme des Nations unies pour l’environnement, ainsi que nombre d’associations écologistes ont salué, vendredi 22 octobre, le lancement par Moscou du processus de ratification du protocole de Kyoto. Tous se sont tournés vers les Etats-Unis, qui ont refusé de signer l’accord. Les écologistes ont salué le "oui" de Moscou à la ratification du protocole de Kyoto. Plusieurs organisations ont profité de cet événement pour pointer l’"isolement" des Etats-Unis, qui ont refusé de signer cet accord sur le climat.

"Depuis la ratification par les Quinze de l’Union européenne (au printemps 2002), c’est le premier pas significatif qui est accompli en vue de faire entrer Kyoto en vigueur", estime dans un communiqué la coalition d’ONG écologistes "Réseau action climat".

La décision russe est "un signal fort qui va donner un nouveau souffle aux négociations climatiques qui reprendront en décembre à Buenos Aires", a ajouté ce réseau.

LES ÉTATS-UNIS MONTRÉS DU DOIGT

De leur côté, Les Amis de la Terre, l’un des trois grands réseaux écologistes mondiaux avec Greenpeace et le WWF (Fonds mondial pour la nature), ont estimé que la décision russe "allait mettre la pression sur les Etats-Unis tout comme sur l’Australie, qui ont refusé de ratifier le protocole de Kyoto". Ils ont cependant rappelé que celui-ci ne constituait qu’un "premier pas" dans la lutte contre le changement climatique.

Greenpeace a estimé plus tôt dans la journée que "l’administration Bush était sur la touche" et que "le reste du monde allait pouvoir désormais avancer et commencer à combattre le changement climatique", qui est "la plus grande menace" écologique de la planète.

Même son de cloche chez le WWF, pour lequel la décision russe est "une nouvelle indication que l’administration Bush est isolée dans sa politique" climatique, selon la directrice américaine du dossier, Jennifer Morgan. "La Russie va s’ajouter aux 125 pays" qui ont déjà ratifié le protocole et estiment que "la lutte contre le changement climatique passe par une action à l’échelon international", a ajouté Mme Morgan.

LES EFFORTS DOIVENT ÊTRE REDOUBLÉS

Dans un communiqué, le directeur exécutif du Programme des Nations unies pour l’environnement, Klaus Toepfer, a salué lui aussi la décision de la Douma et invité Washington à suivre cet exemple.

"Le combat contre le changement climatique a été velléitaire trop longtemps. Mais il s’engage finalement (...), et le résultat est cette décision bienvenue prise par le Parlement russe de ratifier" le protocole de Kyoto, a déclaré M. Toepfer.

"Les Etats-Unis ont refusé de ratifier le protocole de Kyoto, mais nous devons maintenir le dialogue pour que ce pays-clé puisse entendre, et puisse finalement surmonter (son refus de signer) et se rangement climatique a un sens au point de vue environnemental et économique", a-t-il ajouté.

Il a par ailleurs souligné que les efforts visant à stabiliser le climat dans le monde devaient être redoublés et que "cet effort à long terme" devait également concerner les pays en voie de développement.

http://www.lemonde.fr/web/article/0,1-0@2-3210,36-384060,0.html