logo
LES MEMBRES
greenpeace
wwf
lpo
oxfam} alofa tulavu
4d
gret
helio
hespul
cler
amis de la terre
agir pour l'environnement
fnaut
fub
solar generation
reseau sortir du nucleaire
cniid
wecf
associations locales

MAILING LISTE

La liste climat du RAC-F vous permet de recevoir et d’envoyer des informations sur les changements climatiques.
S'abonner Se désabonner
attention ça chauffe
can
illustration
Jus d’orange et pétrole...
date 8 décembre 2006
texte+ texte- google twitter facebook

Plus de 550 millions de litres de jus d’orange sont engloutis chaque jour sur la planète, dont la moitié en Europe

Direction le Brésil. Etat de Sao Paulo.
C’est d’ici que part l’essentiel
de la production mondiale de jus
d’orange (avec l’Etat de Floride aux Etats-Unis). En fait, 80% de ce liquide consommé par les Européens est d’origine brésilienne. Il parcourt donc 12 000 kilomètres pour atterrir en Allemagne notamment, le
premier consommateur de l’Union. Mais pour embarquer dans les conteneurs, le jus d’orange a dû subir auparavant quelques transformations.

Afin de réduire les coûts de transport, il est transformé en concentré par évaporation de l’eau qu’il contient, grâce à un système de chauffage.

Détail : pour produire une tonne de concentré de jus, cette opération nécessite 100 kilos de pétrole.
Une fois l’Atlantique traversé, la tonne de jus doit reprendre sa forme originelle. 24 tonnes d’eau lui sont alors ajoutées.

Les chiffres sont encore plus déboussolants pour le jus en provenance de Floride. Un seul litre nécessite une tonne d’eau et 2 kilos de pétrole. Selon une étude
menée par Suren Erkman, il faudrait l’équivalent en surface de cultures de trois planètes Terre pour étancher la soif de tous les êtres humains, s’ils consommaient autant que les Allemands : 21 litres de jus d’orange
par an.

"Vers une écologie industrielle", Suren Erkman, Ed. Charles Léopold Mayer, 15,00 euros.