logo
LES MEMBRES
greenpeace
wwf
lpo
oxfam} alofa tulavu
4d
gret
helio
hespul
cler
amis de la terre
agir pour l'environnement
fnaut
fub
solar generation
reseau sortir du nucleaire
cniid
wecf
associations locales

MAILING LISTE

La liste climat du RAC-F vous permet de recevoir et d’envoyer des informations sur les changements climatiques.
S'abonner Se désabonner
attention ça chauffe
can
illustration
Accueil > Se tenir informé > Nos publications > Intégrer la contrainte climatique et énergétique dans les politiques de développement en Afrique
Intégrer la contrainte climatique et énergétique dans les politiques de développement en Afrique
date 28 octobre 2013 lien à consulter 1 lienLire la publication en ligne
texte+ texte- google twitter facebook


Selon les rapports publiés par la Banque Mondiale en juin 2013 et par le GIEC en septembre 2013, la planète devra faire face à une sévérité sans précédent des impacts des changements climatiques. Certaines régions du monde, l’Afrique notamment, sont déjà particulièrement vulnérables et le seront encore plus. L’inaction de la communauté internationale nous place sur une trajectoire de réchauffement de 4°C d’ici 2100 - un scénario catastrophique pour la survie du continent africain et de ses populations (pertes agricoles massives, en particulier de bétail, stress hydrique, épidémies sanitaires, famines, démultiplication des conflits). Selon le rapport de la Banque Mondiale, un réchauffement (probable) de seulement 1,5°C pourrait déjà dégrader 40% des superficies actuellement consacrées à la production du maïs en Afrique Sub-saharienne d’ici 2030 et nuire sensiblement aux capacités de production du sorgho dans l’ouest du Sahel et en Afrique australe.

Pour faire face aux impacts d’un réchauffement désormais inévitable, il est urgent de planifier la lutte contre lui afin de maîtriser ses impacts et ses causes. Il est urgent d’éviter de mettre en place des politiques inadaptées aux impacts actuels et futurs des changements climatiques ou vulnérables à la raréfaction des énergies fossiles. Dès aujourd’hui, la planification de développement doit tenir compte et anticiper les contraintes imposées par les crises climatique et énergétique si elle veut être durable et répondre aux préoccupations légitimes des populations.

Face à ce constat, le Réseau Climat & Développement œuvre pour la promotion et la transformation progressive des projets réussis et innovants en politiques publiques locales et nationales intégrant climat et développement, quand ils réunissent les conditions idéales à leur réplication à d’autres contextes et échelles. Diverses bonnes pratiques ont été recueillies pour illustrer les multiples opportunités d’associer et d’intégrer le développement et les changements climatiques de manière concrète.

Malheureusement, trop souvent, la société civile constate l’absence de prise en compte des contraintes climatiques et énergétiques dans les politiques publiques nationales et locales, et la plupart des bonnes pratiques restent au stade de projets.

Face à ce constat, le RC&D a lancé un appel - en avril 2013 à Conakry - aux décideurs locaux et nationaux - pour l’adoption de principes qui permettraient d’agencer les politiques existantes de manière cohérente, en y intégrant la vulnérabilité climatique et énergétique, et ceci en s’appuyant sur les bonnes pratiques qui existent dans les pays. Il s’agit de (i) faire de l’adaptation une exigence transversale pour l’ensemble des politiques et projets de développement, (ii) améliorer la gestion et la préservation des ressources naturelles sous contrainte climatique, (iii) améliorer l’efficacité énergétique et développer les énergies renouvelables, et (iv) planifier efficacement l’adaptation aux changements climatiques et la contrainte énergétique. Le RC&D reste convaincu que c’est en planifiant l’adaptation et la sobriété énergétique que les décideurs politiques lutteront plus efficacement contre les changements climatiques tout en oeuvrant pour le développement durable des communautés les plus pauet vulnérables.

Download the report in English

PDF - 2.9 Mo







Télécharger la publication en français

PDF - 2.9 Mo