logo
LES MEMBRES
greenpeace
wwf
lpo
oxfam} alofa tulavu
4d
gret
helio
hespul
cler
amis de la terre
agir pour l'environnement
fnaut
fub
solar generation
reseau sortir du nucleaire
cniid
wecf
associations locales

MAILING LISTE

La liste climat du RAC-F vous permet de recevoir et d’envoyer des informations sur les changements climatiques.
S'abonner Se désabonner
attention ça chauffe
can
illustration
Accueil > Changements climatiques > Actualités du climat > Guyane, exploitation pétrolière et océans...
Guyane, exploitation pétrolière et océans...
date 2 juillet 2012
texte+ texte- google twitter facebook

Quelques repères pour bien comprendre l’actualité.


Consommation mondiale de pétrole en 2011
La consommation mondiale de pétrole a atteint 4 milliards de tonnes en 2011, assurant 33% des besoins globaux en énergie [1]. et plus de 95% de l’énergie utilisée dans les transports.
La combustion du pétrole a généré 11 milliards de tonnes de gaz carbonique [2] et prélevé 15 milliards de tonnes d’oxygène dans l’atmosphère, en 2011.

Hydrocarbures offshore
Les champs pétroliers en mer produisent actuellement environ 30% des besoins annuels, dans lesquels la part de l’offshore profond (sous plus de 1000 mètres d’eau) est de 3%. [3]

Bassin pétrolier offshore de Guyane/Guyana/Surinam
Le bassin pétrolier offshore de Guyane/Guyana/Surinam possède un potentiel de réserves estimé (P50) d’environ 2,4 milliards de tonnes d’hydrocarbures, soit 6 mois de la consommation annuelle mondiale. [4]
En septembre 2011, la découverte d’hydrocarbures à 150 km au large de la Guyane a relancé l’exploration de ce bassin et suscité l’enthousiasme des autorités des 3 pays concernés, dont la France [5].
Passant outre aux réticences exprimées pour la première fois par un ministre de l’environnement en exercice [6]
 [7], la France a autorisé en juin 2012 la société Shell à réaliser quatre nouveaux forages en mer par 5700 mètres de profondeur et sous 2000 mètres d’eau. [8]
Plus préoccupant encore, l’administration américaine envisage d’autoriser la société Shell à forer dès cet été au large de l’Alaska dans des zones sensibles de l’océan arctique, alors que toutes les leçons de la catastrophe pétrolière du golfe du Mexique survenue en avril 2010, n’ont pas été tirées. [9]

Décidément, entre acidification des eaux et impacts de l’exploitation offshore, la santé des océans est soumise à une double peine par notre addiction au pétrole.

Daniel Delestre

date Notes

[1BP Statistical Review of World Energy June 2012.
http://www.bp.com/assets/bp_interne...

[3Les hydrocarbures offshore. Panorama 2012. IFP
http://www.ifpenergiesnouvelles.fr/...

[4http://cgxenergy.ca/Operations/Abou...
http://pubs.usgs.gov/fs/fs-0037-01/...
UBS Investment Research.European Oil and Gas. Frontier Basin Update : Guyana –Suriname. 11/02/2011
http://oilbarrel.com/media/pub/var/...

[5Communiqué de presse du 12/09/2011 http://www.guyane.pref.gouv.fr/comm...

[9Offshore drilling ‘likely’ in arctic, feds say. Russel Mc Lendon. 27/06/2012
http://www.mnn.com/earth-matters/en...