logo
LES MEMBRES
greenpeace
wwf
lpo
oxfam} alofa tulavu
4d
gret
helio
hespul
cler
amis de la terre
agir pour l'environnement
fnaut
fub
solar generation
reseau sortir du nucleaire
cniid
wecf
associations locales

MAILING LISTE

La liste climat du RAC-F vous permet de recevoir et d’envoyer des informations sur les changements climatiques.
S'abonner Se désabonner
attention ça chauffe
can
illustration
Accueil > Politiques et mesures > Négociations internationales > G7, G8 et G20 > G8 de Gleneagles - 2005 > G8 et climat : les Amis de la Terre consternés par les réponses de Jacques Chirac
G8 et climat : les Amis de la Terre consternés par les réponses de Jacques Chirac
date 29 juin 2005
texte+ texte- google twitter facebook

Paris, le 29 juin 2005

G8 et climat : les Amis de la Terre consternés par les réponses de Jacques Chirac

Les Amis de la Terre ont rencontré hier à l’Elysée le Président de la
République, pour préparer le prochain Sommet du G8 à Gleneagles, en
Ecosse, du 6 au 8 juillet. Pour la première fois, le changement
climatique sera une des deux priorités du G8. Mais le Président portera
une position française extrêmement insuffisante au regard de l’urgence
qu’il reconnaît lui même.

Il y a urgence en matière de changement climatique selon Jacques Chirac
 ! Les preuves s’accumulent. Même la NASA a fait un rapport disant que le
réchauffement de la planète s’accélère. Le changement climatique aura
des impacts catastrophiques, notamment sur l’Afrique et les petits Etats
insulaires.

« Les négociations sont très difficiles avec les Etats-Unis, mais les
réponses du président sur la situation énergétique en France sont
presque aussi atterrantes », explique Anne Bringault, directrice des
Amis de la Terre. « Lorsqu’on l’interroge sur le financement des
énergies renouvelables et l’efficacité énergique, il répond ITER et
énergie nucléaire, et trouve que les éoliennes gâchent le paysage ;
lorsqu’on lui demande pourquoi la toute nouvelle loi sur l’énergie n’a
pas inclus comme prévu une mesure d’aide à l’isolation des bâtiments, il
répond qu’il était en faveur de la mesure et va relancer le gouvernement - mais le débat est fini ; lorsqu’on lui parle d’instaurer une taxe sur
le kérozène et le gasoil, il ne répond pas du tout...
Quelle crédibilité
la France se donne-t-elle au niveau international si elle ne fait aucun
effort sur son territoire, malgré un potentiel immense ? ».

Anne Bringault poursuit : « Le seul point positif est que le Président
s’est engagé à ce que la France refuse de signer un accord sur le climat
si le protocole de Kyoto n’y est pas mentionné. Ce serait une première.
Mieux vaut pas d’accord qu’un accord déplorable et totalement en recul
des engagements européens, qui cautionnerait la position américaine ».

Les Amis de la Terre font aux dirigeants du G8 les quatre demandes
prioritaires suivantes :
- Les températures moyennes globales ne doivent pas dépasser de plus de
2 d°C les niveaux de température pré-industriels ; il y a urgence de
reconnaître l’impact humain sur le changement climatique ;
- Un accord des pays du G8 est nécessaire pour des réductions urgentes
spécifiques, significatives et planifiées de leurs émissions domestiques
de GES ;
- Un accord des pays du G8 est nécessaire pour proposer des mécanismes
de financement innovants et significatifs, afin d’augmenter et
diversifier le mix énergétique. Il doit inclure davantage d’énergies
renouvelables et de plus grands efforts d’efficacité énergétique ;
- Une assistance urgente est demandée pour les pays en développement qui
souffrent déjà des effets dévastateurs du changement climatique,
notamment l’Afrique.

Contact presse :
Sebastien Godinot, Les Amis de la Terre,
01 48 51 18 92 / 06 68 98 83 41
finance@amisdelaterre.org