logo
LES MEMBRES
greenpeace
wwf
lpo
oxfam} alofa tulavu
4d
gret
helio
hespul
cler
amis de la terre
agir pour l'environnement
fnaut
fub
solar generation
reseau sortir du nucleaire
cniid
wecf
associations locales

MAILING LISTE

La liste climat du RAC-F vous permet de recevoir et d’envoyer des informations sur les changements climatiques.
S'abonner Se désabonner
attention ça chauffe
can
illustration
Accueil > Secteurs d’activités > Energie > Energies renouvelables > Eolien : Non à une politique de centralisation ! Restons à l’écoute de nos territoires
Eolien : Non à une politique de centralisation ! Restons à l’écoute de nos territoires
date 31 mars 2010
texte+ texte- google twitter facebook

Communiqué du Comité de Liaison Energies Renouvelables, du Réseau Action Climat-France, du WWF et de la Ligue de Protection des Oiseaux

Eolien : Non à une politique de centralisation !
Restons à l’écoute de nos territoires

La mission d’information sur l’énergie éolienne de l’Assemblée nationale, mise en place en septembre 2009, vient de rendre son rapport et son verdict est sans appel. Patrick Ollier, président de cette mission, réaffirme ses positions clairement anti-éoliennes. En effet, les recommandations stipulées par le rapport risquent non seulement de mettre en péril la filière, mais réduisent également toutes nos espérances en ce qui concerne la baisse des émissions de gaz à effet de serre et notre objectif de 23% d’énergies renouvelables d’ici 2020. Souvenons-nous que la feuille de route, arrêtée en décembre 2009 par le gouvernement, place l’éolien sur le devant de la scène, en lui attribuant 30% des nouvelles capacités renouvelables pour 2020.

Ainsi, le rapport de la mission parlementaire s’obstine dans la vision centralisée de l’énergie en France. En effet, en choisissant de proscrire les parcs éoliens de moins de 15 MW, c’est-à-dire plus de 7 éoliennes actuelles, nos députés tournent le dos aux collectivités locales en leur refusant d’adapter leur politique énergétique aux particularités de leur territoire. En affaiblissant le rôle des élus locaux, les nouvelles mesures vont créer un fossé évident entre les projets éoliens et les citoyens qui composent les territoires. Les mesures telles que l’obligation de créer de gros parcs éoliens et des schémas régionaux contraignants au détriment de la planification locale risquent, sous couvert de protection des paysages, d’engendrer des oppositions locales majeures.

Rappelons que l’énergie éolienne est une énergie renouvelable, décentralisée, créatrice d’emplois locaux et respectueuse de l’environnement, pour peu qu’elle fasse l’objet d’expertises naturalistes de qualité et qu’elle s’inscrive dans une politique durable de l’énergie. A l’inverse, l’obligation de construire des gros parcs entraîne une densification des éoliennes qui augmente considérablement les impacts sur les oiseaux et les chauves-souris et déconnecte la production d’une logique de territoire traitant la maîtrise de l’énergie comme un préalable.

En s’attaquant à l’éolien, Patrick Ollier vise directement les avancés proposées au sein de la loi Grenelle 2. Un affront qui en fait rugir plus d’un, Philippe Plisson, co-rapporteur socialiste, a claqué la porte en dénonçant un rapport « à charge » contre l’éolien.

Le CLER, la LPO, le RAC-F et le WWF rappellent leur engagement en faveur d’une meilleure gestion locale de l’énergie en cohérence avec les ressources et les particularités de chacun de nos territoires. L’éolien fait partie des réponses aux problèmes énergétiques et climatiques, donnons lui toutes ses chances de s’intégrer aux multiples facettes de nos paysages, aussi bien naturels que sociaux.

- Contact Presse
Raphaël CLAUSTRE - Directeur, 06.03.85.87.96, raphael.claustre@cler.org