logo
LES MEMBRES
greenpeace
wwf
lpo
oxfam} alofa tulavu
4d
gret
helio
hespul
cler
amis de la terre
agir pour l'environnement
fnaut
fub
solar generation
reseau sortir du nucleaire
cniid
wecf
associations locales

MAILING LISTE

La liste climat du RAC-F vous permet de recevoir et d’envoyer des informations sur les changements climatiques.
S'abonner Se désabonner
attention ça chauffe
can
illustration
Accueil > Politiques et mesures > Politiques françaises > Stop aux subventions à la pollution > Lancement de l’appel STOP AUX SUBVENTIONS A LA POLLUTION
Lancement de l’appel STOP AUX SUBVENTIONS A LA POLLUTION
date 27 juin 2012
texte+ texte- google twitter facebook

En 2012, malgré les crises écologiques et économiques, la France continue de subventionner ou d’exonérer de taxes certains secteurs et activités qui participent directement à la destruction de l’environnement et aux changements climatiques.
Signez l’appel pour demander l’arrêt immédiat de ces subventions à la pollution !Signez l’appel pour demander la fin de ces subventions à la pollution !


Entre autres exemples, c’est le cas dans l’aviation, où le kérosène utilisé est totalement exonéré de taxes, ou bien pour les raffineries qui se voient offrir la taxe sur l’énergie.

Cette absurdité fiscale se chiffre chaque année à près de 20 milliards d’euros pour les seuls secteurs de l’énergie fossile et grimpe jusqu’à 33 milliards si l’on compte les subventions directes aux activités dommageables à l’environnement (destructions, artificialisations, perte de biodiversité etc).

La France n’est pas la seule à honorer le curieux principe du pollueur-payé. Au niveau international, les énergies sales sont 12 fois plus soutenues financièrement que les énergies renouvelables, soit rien de moins que 750 milliards de dollars, selon les chiffres de l’Agence Internationale de l’Energie (AIE) et de l’OCDE.
La société civile mondiale est déterminée à en finir avec cette grave absurdité. Une récente campagne de mobilisation mondiale, initiée par 350.org et Avaaz s’est soldée par plus d’un million de signatures et une demande claire à l’occasion du sommet du G20 et de la conférence de RIO+20 : on ne doit plus payer plus les pollueurs !

Déjà de nombreuses voix se sont élevées en France pour pointer ces aides dommageables à l’environnement, et ce parmi les institutions les plus renommées. Le rapport officiel de Guillaume Sainteny, intitulé Les aides publiques dommageables à la biodiversité a été l’un des premiers en 2011 à chiffrer précisément l’étendue de ces « niches grises ».
La Ministre du Commerce Extérieur Nicole Bricq (éphémère Ministre de l’Ecologie), avait, lorsqu’elle était rapporteuse de la Commission des Finances du Sénat, jugé d’un œil très critique ces avantages. Elle préconisait à l’époque « une évaluation et une remise en cause des niches « grises » ainsi que la réorientation de nos prélèvements vers une meilleure prise en compte des enjeux environnementaux. »

En France, une coalition d’organisations de protection de l’environnement et de développement, et plus de 50 économistes se mobilisent et appellent tous les citoyens à les rejoindre pour demander au Président de la République de joindre les actes à la parole en mettant fin à ces aides de l’Etat qui contribuent à détruire l’environnement… et à creuser encore plus les déficit publics.


François Hollande a promis une grande réforme fiscale, l’objectif de cette campagne est de mettre à l’ordre du jour de la prochaine loi de finance la suppression immédiate de ces avantages au nom du respect de l’environnement.

Pour cela, il est indispensable que chacun signe l’appel sur :
www.stopsubventionspollution.fr

Il ne passe plus un jour sans que l’on nous annonce des mesures d’économies budgétaires pour la France ; commençons donc par nous débarrasser de ces honteux privilèges contre-nature.

Signez et faites signer l’appel STOP AUX SUBVENTIONS A LA POLLUTION sur : www.stopsubventionspollution.fr