logo
LES MEMBRES
greenpeace
wwf
lpo
oxfam} alofa tulavu
4d
gret
helio
hespul
cler
amis de la terre
agir pour l'environnement
fnaut
fub
solar generation
reseau sortir du nucleaire
cniid
wecf
associations locales

MAILING LISTE

La liste climat du RAC-F vous permet de recevoir et d’envoyer des informations sur les changements climatiques.
S'abonner Se désabonner
attention ça chauffe
can
illustration
Accueil > Presse > Derniers Communiqués > Émissions de CO2 des véhicules : plusieurs ONG demandent à la France de ne pas caler
Émissions de CO2 des véhicules : plusieurs ONG demandent à la France de ne pas caler
date 2 octobre 2013
texte+ texte- google twitter facebook

Montreuil, le 2 octobre 2013 - La réglementation européenne sur les émissions de CO2 des véhicules neufs pourrait être définitivement adoptée ce vendredi lors du prochain COREPER si l’Allemagne ne parvient pas à repousser ce vote.


En juin dernier, un premier vote entérinant un objectif de 95 gCO2/km en 2020 avait déjà échoué de peu sous la pression de l’Allemagne. Les autorités allemandes cherchent, en effet, à affaiblir cette réglementation au profit de leurs constructeurs automobiles nationaux en demandant un report de 2020 à 2024 de l’objectif de 95gCO2/km.

La France a un rôle politique clé à jouer dans ces négociations. Nos associations demandent au gouvernement français de persévérer dans sa détermination, affichée depuis 2008, en faveur d’un objectif de 95gCO2/km à l’horizon 2020. L’adoption d’une réglementation intégrant cet objectif ne doit souffrir d’aucun retard et l’accord trouvé au moins de juin entre la Commission, le Parlement européen et le Conseil doit être adopté vendredi. Le gouvernement a ainsi l’occasion de traduire concrètement ses engagements les plus récents pour diviser par deux la consommation d‘énergie notamment.

Un règlement bénéfique pour le climat et les Européens

Le rapport du GIEC sur le changement climatique nous rappelle la nécessité d’agir rapidement pour réduire drastiquement les émissions de gaz à effet de serre dont le secteur des transports est le premier responsable au niveau français.

La mise en œuvre de l’objectif 95gCO2/km en 2020 permettra une diminution significative des dépenses en carburant des ménages (400 euros par an en moyenne par automobiliste), une réduction annuelle de 36 milliards d’euros sur la facture énergétique européenne, et ce tout en réduisant les émissions de gaz à effet de serre du secteur des transports automobiles de 24% d’ici 2030.

Les implications de la proposition allemande

La proposition allemande prévoit d’échelonner l’objectif de 95gCO2/km dans le temps en imposant la moyenne de 95gCO2/km à 80% de la flotte seulement en 2020 puis d’augmenter progressivement le nombre de véhicules concernés jusqu’à atteindre 100% de la flotte en 2024 seulement.

Si cette proposition était adoptée, les émissions des véhicules vendus en 2020 en Europe s’élèveront à 104gCO2/Km. Ce retard induirait entre 110 à 310 millions de tonnes d’émissions de CO2 supplémentaires en 2030 et 138 euros de dépenses supplémentaires en carburant par an pour l’automobiliste européen.



Contacts presse :

- Lorelei Limousin, Réseau Action Climat : 07 70 31 09 19
- Cédric Gervet, Greenpeace : 06 13 07 04 29