logo
LES MEMBRES
greenpeace
wwf
lpo
oxfam} alofa tulavu
4d
gret
helio
hespul
cler
amis de la terre
agir pour l'environnement
fnaut
fub
solar generation
reseau sortir du nucleaire
cniid
wecf
associations locales

MAILING LISTE

La liste climat du RAC-F vous permet de recevoir et d’envoyer des informations sur les changements climatiques.
S'abonner Se désabonner
attention ça chauffe
can
illustration
Elections municipales 2008 : le RAC-F met l’accent sur l’environnement
date 29 février 2008
texte+ texte- google twitter facebook

Elections municipales 2008 : le Réseau Action Climat-France met l’accent sur l’environnement
Caradisiac, 11.02.08

Le Réseau d’Action Climat France (RAC-F) réunit 13 organisations nationales et 10 associations locales de protection de l’environnement, d’usagers des transports et de promotion d’alternatives énergétiques : 4D, Agir pour l’environnement, les Amis de la terre, le CLER, la FNAUT, FNE, Greenpeace, Helio International, Hespul, la ligue de protection des oiseaux, le réseau Sortir du nucléaire, WWF notamment.

Dans le cadre des élections municipales 2008, le RAC-F a lancé sa campagne baptisée "Changement climatique : Un Plan Climat-Energie Territorial pour ma collectivité." Une plaquette a été envoyée aux candidats des élections municipales des 9 et 16 mars prochains : elle les invite à intégrer dans leur programme la réalisation d’un Plan Climat-Energie Territorial ambitieux en termes d’objectifs de baisse d’émissions de gaz à effet de serre et d’adaptation aux effets des changements climatiques. Elle présente aussi la démarche qui permettra aux collectivités territoriales et aux territoires de projet de respecter les engagements internationaux, européens et nationaux de lutte contre la pollution.

L’objectif du RAC-F : sensibiliser les différents candidats et partis politiques et les mettre face à leurs responsabilités. Il souligne qu’en France, les collectivités territoriales sont directement responsables de 15% des émissions de GES via les décisions qu’elles prennent au titre du patrimoine qu’elles gèrent (flottes de véhicules, bâtiments, éclairages publics...) et du fait des activités pour lesquelles elles assurent une compétence de gestion (transports, déchets, assainissement, espaces verts...) : cette responsabilité peut être estimée à près du 1/4 des émissions françaises en intègrant les effets indirects de leurs orientations en matière d’habitat, d’aménagement, d’urbanisme et de transport. Ce Réseau écolo met en avant que les villes de Paris et de Chalon-sur-Saône, les Communautés Urbaines du Grand Lyon, de Grenoble ou de Nantes, la Communauté d’Agglomération de Mulhouse ou de Perpignan, le Conseil régional du Nord-Pas de Calais ou d’Aquitaine, le département de la Seine-Saint-Denis, le Parc Naturel Régional du Perche, les Pays des Mauges ou de Thoursais..., soit au total une cinquantaine de collectivités pilotes, se sont déjà engagées à relever le défi imposé par les changements climatiques.

D’après le RAC-F, la stabilisation du climat nécessite une réorientation massive des actions de l’ensemble des collectivités et ce dès le prochain mandat. Il attend des candidats et des partis politiques qu’ils prennent clairement position en faveur des Plans Climat-Energie Territoriaux et précisent leur projet autour de la question du climat, la responsabilité qui incombe aux acteurs politiques locaux sur ce sujet primordial. Il précise que les candidats ont, à l’occasion de leur campagne électorale, la possibilité de montrer leur engagement concernant l’un des enjeux majeurs du XXIe siècle. Ainsi, le RAC-F affirme qu’il suit avec vigilance le déroulement des campagnes électorales des municipales de 2008. Il mentionne que par l’intermédiaire de son site Internet, il rendra public les engagements des différents candidats et partis démocratiques sur ces mesures pour éclairer les citoyens sur l’intérêt que porte chacun d’entre eux à la lutte contre les changements climatiques. Retrouvez toutes les informations sur son site Internet : www.rac-f.org/PCET.

Par Séverine Alibeu