logo
LES MEMBRES
greenpeace
wwf
lpo
oxfam} alofa tulavu
4d
gret
helio
hespul
cler
amis de la terre
agir pour l'environnement
fnaut
fub
solar generation
reseau sortir du nucleaire
cniid
wecf
associations locales

MAILING LISTE

La liste climat du RAC-F vous permet de recevoir et d’envoyer des informations sur les changements climatiques.
S'abonner Se désabonner
attention ça chauffe
can
illustration
Accueil > Presse > Derniers Communiqués > Ecotaxe poids lourds : Faux-départ pour Ségolène Royal ?
Ecotaxe poids lourds : Faux-départ pour Ségolène Royal ?
date 3 avril 2014
texte+ texte- google twitter facebook

Montreuil, le 3 Avril 2014 - Le Réseau Action Climat s’inquiète qu’un jour seulement après avoir pris la tête du Ministère de l’Ecologie, du développement durable et de l’énergie, Ségolène Royal décide de remettre à plat le dispositif de l’écotaxe poids lourds, appelant à l’examen « d’autres possibilités » pour dégager les financements nécessaires au soutien des infrastructures de transport, notamment des alternatives à la route et à l’aérien.

Les couts supportés par la collectivité

« Tant que ce dispositif n’aura pas été mis en place, les coûts des externalités du transport routier seront supportés par la collectivité toute entière », rappelle Lorelei Limousin, chargé de mission climat-transport au Réseau Action Climat.

Il s’agit d’un dispositif incontournable pour atteindre l’objectif de report modal fixé au niveau national (25% de fret non-routier en 2022) alors que le fret ferroviaire subit une concurrence très forte du transport routier qui, lui, bénéficie de nombreux privilèges : diminution de la taxe à l’essieu, remboursement de taxe sur le gazole, autorisation des 44 tonnes sur les routes françaises...


Transports en commun : le grand perdant

La suspension de l’écotaxe a par ailleurs conduit au gel de l’appel à projet de transports collectifs, punissant ainsi de nombreux citoyens qui préfèreraient avoir le choix et prendre les transports en commun.

« L’écotaxe poids lourd n’est pas un impôt « punitif », contrairement aux propos tenus par la nouvelle Ministre de l’écologie. C’est l’absence de sa mise en place qui revient de fait à pénaliser l’ensemble des citoyens au nom de la préservation des intérêts d’une partie d’entre eux », conclut Lorelei Limousin.

Le RAC appelle la Ministre à ne pas débuter sa prise de fonction par une remise en cause de l’un des dispositifs les plus efficaces pour lutter contre la pollution de l’air et les émissions de gaz à effet de serre dans le secteur des transports.

Contact presse :
Lorelei Limousin, Réseau Action Climat – 07 70 31 09 19