logo
LES MEMBRES
greenpeace
wwf
lpo
oxfam} alofa tulavu
4d
gret
helio
hespul
cler
amis de la terre
agir pour l'environnement
fnaut
fub
solar generation
reseau sortir du nucleaire
cniid
wecf
associations locales

MAILING LISTE

La liste climat du RAC-F vous permet de recevoir et d’envoyer des informations sur les changements climatiques.
S'abonner Se désabonner
attention ça chauffe
can
illustration
Accueil > Secteurs d’activités > Transports > Politique des transports > Du 26 avril au 3 mai - Mobilisons-nous pour la pollutaxe !
Du 26 avril au 3 mai - Mobilisons-nous pour la pollutaxe !
date 15 avril 2014 documents joints 1 document joint
    [
texte+ texte- google twitter facebook

À la veille de la remise du rapport de l’Assemblée Nationale sur l’écotaxe au gouvernement prévue pour le 30 avril, les soutiens à la pollutaxe se mobilisent. Une semaine d’actions, pour rappeler que c’est aux pollueurs, et non à toute la société, d’assumer le coût des pollutions liées aux transports.

Il est urgent de réduire l’impact du transport routier sur le climat

Pour lutter à temps contre les changements climatiques et rester sous la barre des 2°C, une révolution économique fondée sur la sortie des énergies fossiles est nécessaire, nous rappelle le groupe intergouvernemental des experts sur le climat (GIEC) dans son dernier rapport.

Le transport est l’un des principaux consommateurs d’énergie fossile en France et le premier secteur émetteur de gaz à effet de serre. Selon le rapport du GIEC, les transports pourraient devenir la première source d’émissions de gaz à effet de serre à l’échelle internationale si les responsables politiques ne prennent pas rapidement les mesures suffisantes pour les réduire.

L’histoire française de la taxe poids lourds illustre les hésitations et le retard pris par les responsables politiques pour agir efficacement pour réduire la consommation d’énergie fossile et les émissions de gaz à effet de serre.

Les poids lourds sont responsables de 23,6% des émissions de gaz à effet de serre du transport routier qui rejette à lui seul plus de 90% des émissions de GES du secteur des transports. La part du transport routier de marchandises dans les émissions de gaz à effet de serre augmente depuis plusieurs années alors que la part du transport ferroviaire et fluvial est en déclin. Nous nous éloignons donc des objectifs que la France s’est fixé dans la loi Grenelle, pour atteindre 25% de fret non routier et non aérien d’ici 2022.

La redevance poids lourds fut identifiée comme une mesure clé pour optimiser le transport routier, déclencher un report modal vers le fret fluvial et ferroviaire, et enfin dégager de nouvelles ressources pour financer les infrastructures alternatives dont les projets sont aujourd’hui au point mort.

La pollutaxe, une mesure positive pour construire les alternatives


Selon un sondage récent (YouGov pour 20 Minutes), 85,5 % des personnes interrogées estiment que « davantage de moyens alternatifs à la voiture devraient être proposés pour circuler en ville ». Or, la suspension de l’écotaxe a causé le gel de l’appel à projet du gouvernement pour le financement des transports collectifs (bus en site propre, tram, métros) dans une soixantaine de villes françaises et le gouvernement ne prévoit aucun financement nouveau pour le développement du vélo dans la cadre du plan national pour les mobilités actives.

Les travaux de rénovation du réseau ferré classique, indispensables pour redynamiser le fret ferroviaire, encourent le risque de passer à la trappe. Dans le même temps, chaque jour sans pollutaxe coûte cher socialement, économiquement et environnementalement pénalisant aussi les contribuables puisque la collectivité toute entière doit assumer les coûts et les nuisances induites par le transport routier en termes de dégradation des routes, de santé et de congestion.

Passons à l’action

Pour modérer la consommation de carburant du transport routier et diminuer ses pollutions, pour investir dans les infrastructures de fret fluvial et ferroviaire et enfin, dans les solutions de mobilité alternatives que constituent le vélo et les transports collectifs, l’application de la « pollutaxe » aux poids-lourds selon leur niveau de pollution est une nécessité.

Mobilisons-nous pour montrer aux députés et au gouvernement notre soutien à la pollutaxe entre le 26 avril et le 3 mai partout en France !

Rendez-vous sur le site www.pollutaxe.org ou inscrivez directement votre action sur cette carte de France :




Chacun d’entre nous peut organiser une action, et la référencer sur la carte, grâce au formulaire ci-dessous. Elle figurera automatiquement sur le site de la campagne www.pollutaxe.org.
Ciblons en particulier les villes concernées par le gel de l’appel à projet "transports collectifs en site propre"(1).





La fiche ci-dessous, issue du site stopsubventionspollution.fr montre pourquoi la taxe kilométrique poids lourds ne doit pas être abandonnée :


Télécharger la fiche en pdf



Les photos de la semaine de mobilisation seront visibles ici :



(1) Marseille, Angers, Caen, Nîmes, Amiens, Strasbourg, Guadeloupe, Lyon, Nice, Montpellier, Grenoble, Nantes, Nevers, Pays d’Aix, Lens, Toulouse, Guyane, Bordeaux, Niort, Rouen, Thioville, Chaudron, Leffrinckoucke – Dunkerke, Annecy – Faverges, Dijon, Le Port, Poitiers, Perpignan, Étang de Berre, Chartres, La Rochelle, Orchies - Villeneuve d’Ascq, Cherbourg, Louviers-Val de Reuil), La Réunion, Lille, Strasbourg, Brives, Charleville-Mézières, Maubeuge, Les Arcs Draguignan, agglomération bisontine, Chambéry, Grand Chalon, Sophia Antipolis, Laval, Le Marsan, Val de Garonne, Thau, Auxerre, Brest, Pays boulonnais, Toulon, Tours, Annemasse, Mende, Guichen, Albi, Creuzot, Metz, Nancy.