logo
LES MEMBRES
greenpeace
wwf
lpo
oxfam} alofa tulavu
4d
gret
helio
hespul
cler
amis de la terre
agir pour l'environnement
fnaut
fub
solar generation
reseau sortir du nucleaire
cniid
wecf
associations locales

MAILING LISTE

La liste climat du RAC-F vous permet de recevoir et d’envoyer des informations sur les changements climatiques.
S'abonner Se désabonner
attention ça chauffe
can
illustration
Accueil > Politiques et mesures > Négociations internationales > Les Conférences Annuelles des Parties (COP/MOP) > COP13 - MOP3 : Bali 2007 > Position du RAC-F > Discours devant les Nations unies à Bali : la France rattrape à peine le peloton et l’Allemagne s’échappe.
Discours devant les Nations unies à Bali : la France rattrape à peine le peloton et l’Allemagne s’échappe.
date 13 décembre 2007
texte+ texte- google twitter facebook

Communiqué de presse
Greenpeace - Résau Action Climat-France
12 décembre 2007

Discours devant les Nations unies à Bali : la France rattrape à peine le peloton et l’Allemagne s’échappe.

Bali (Indonésie), le 12 décembre 2007 - Pour le Réseau Action Climat-France (Rac-France) et Greenpeace France, le discours tenu devant les Nations unies par le ministre français de l’Écologie, du Développement et de l’Aménagement durables Jean-Louis Borloo comporte quelques éléments intéressants mais un important bémol.

Le gros bémol

Le ministre savait qu’une annonce était particulièrement attendue par les organisations de défense de l’environnement : l’engagement unilatéral de la France à réduire de 30 % ses émissions de gaz à effet de serre (GES) d’ici à 2020. Au lieu de cela, il a conditionné l’objectif français au fait que les États-Unis intègrent le protocole de Kyoto. Il avait pourtant au moins trois raisons d’affirmer cet engagement unilatéral :
- la loi Pope (juillet 2005), prévoit une réduction de 75 % des émissions de GES pour 2050. Impossible de s’y tenir, sans atteindre - 30 % en 2020 ;
- les conclusions sans appel des scientifiques du Giec, qui affirment unanimement que les pays industrialisés doivent réduire leurs émissions de 25 à 40 % d’ici à 2020 ;
- les ambitions affichées juste avant par l’Allemagne et des Pays-Bas qui revendiquent respectivement - 40 % et - 30 % d’ici à 2020.

« En conditionnant son propre objectif, la France du Grenelle de l’environnement rejoint tout juste le peloton au lieu de faire une échappée avec l’Allemagne et les Pays-Bas, estime Pascal Husting, directeur général de Greenpeace France. Pourquoi Jean-Louis Borloo attend-il les rencontres de Copenhague ou de Poznan pour déclencher le tonnerre d’applaudissement dont il rêve ? »

Deux bons points et un clin d’œil

Les ONG se félicitent du camouflet infligé aux États-Unis, sommés de soumettre leur « Major Economies Meeting » aux objectifs chiffrés contraignants de Kyoto.

Bon point également pour avoir reconnu la nécessité de prendre en compte, dès 2012, la réduction des émissions de CO2 liées à la déforestation et à la dégradation des forêts tropicales. Les ONG veilleront cependant à ce que ce processus soit indépendant du marché du carbone et mis en place dans le respect des droits des populations autochtones. Sans garde fou, il pourrait renforcer certaines politiques forestières injustes et non durables.

Amusant d’entendre un ministre libéral évoquer l’idée d’une taxation des flux financiers, sorte de « taxe Tobin du climat ». Une initiative qui risque de se limiter à un pur effet d’annonce : le ministre français fait cavalier seul et rien ne garantit que ses partenaires européens voient d’un bon œil une telle taxe.

Un incompréhensible silence

Malgré une fin de discours aux accents dignes de Martin Luther King, Jean-Louis Borloo a à peine évoqué des questions à la base d’une approche globale et solidaire de la lutte contre les changements climatiques.

« Les aspirations manquent de concret pour les pays en développement, qui ont conditionné leur contribution à une mise en place effective du transfert de technologie et à de nouveaux financements à la hauteur de leurs besoins, estime Morgane Créach, chargée de mission International au Rac-France. C’est bien d’avoir des rêves, mais c’est du concret que le monde attend des gouvernements réunis à Bali. »