logo
LES MEMBRES
greenpeace
wwf
lpo
oxfam} alofa tulavu
4d
gret
helio
hespul
cler
amis de la terre
agir pour l'environnement
fnaut
fub
solar generation
reseau sortir du nucleaire
cniid
wecf
associations locales

MAILING LISTE

La liste climat du RAC-F vous permet de recevoir et d’envoyer des informations sur les changements climatiques.
S'abonner Se désabonner
attention ça chauffe
can
illustration
Accueil > Changements climatiques > Comprendre et réagir > Impacts et conséquences > Par zone géographiques > Asie > Himalaya > Déclin du Mont Everest dû au réchauffement de la planète
Déclin du Mont Everest dû au réchauffement de la planète
date 2 septembre 2004
texte+ texte- google twitter facebook

Le plus haut pic du monde baisse de 1,3 m

La hauteur du mont Qomolangma (Everest en français) au Tibet est descendue de 8 849,8 m à 8 848,5 m dans les 33 années écoulées allant de 1966 à 1999, selon un rapport d’enquête fait lors d’un symposium international tenu dernièrement à Lhassa, capitale de cette région autonome.

La cadence de la baisse a varié selon les années : Entre 1966 et 1975, elle était de 0,1 m par an. Puis elle est tombée à 0,01 m par an de 1975 à 1992 pour remonter à 0,1 m dans la période 1992-1998.

JPEG - 15.3 ko
Mont Everest (Népal)

Pourtant l’épaisseur précise de la neige couvrant le sommet du mont reste inconnue. Elle peut varier entre 2,5 m et des dizaines de mètres, estime une équipe italienne d’alpinisme.

Le professeur Yao Tandong, président de l’institut de recherche sur le Plateau Qinghai-Tibet à l’Académie chinoise des sciences, a expliqué que le Qomolangma s’est contracté à cause du réchauffement climatique global qui accélère le processus de la conversion de la neige en glace à son sommet, et aussi par suite du resserrement de ses glaciers.

Selon lui, tous les glaciers en Chine, sans aucune exception, se rétrécissent à un rythme sans précédent. Yao s’inquiète donc de l’avenir des habitants des oasis dans l’ouest de la Chine (environ 23 % de la population nationale) qui vivent de l’eau fondue des glaciers. Du fait du rétrécissement, ceux-ci ont réduit depuis les années 1950 le volume de l’alimentation d’un total de 586,9 milliards de m3 d’eau par rapport à la normale, soit à peu près dix fois le volume du fleuve Jaune.