logo
LES MEMBRES
greenpeace
wwf
lpo
oxfam} alofa tulavu
4d
gret
helio
hespul
cler
amis de la terre
agir pour l'environnement
fnaut
fub
solar generation
reseau sortir du nucleaire
cniid
wecf
associations locales

MAILING LISTE

La liste climat du RAC-F vous permet de recevoir et d’envoyer des informations sur les changements climatiques.
S'abonner Se désabonner
attention ça chauffe
can
illustration
Accueil > Secteurs d’activités > Agriculture > Agrocarburants > Actualités > Conférence environnementale et crise des prix alimentaires : le gouvernement Ayrault doit renoncer aux politiques de soutien aux agrocarburants
Conférence environnementale et crise des prix alimentaires : le gouvernement Ayrault doit renoncer aux politiques de soutien aux agrocarburants
date 26 septembre 2012
texte+ texte- google twitter facebook

L’accaparement d’une partie de la production agricole mondiale en vue de son utilisation dans les transports pose de graves problèmes alimentaires.
Tribune parue dans Libération le 14 septembre 2012

L’impact négatif des agrocarburants sur la sécurité alimentaire mondiale est certain. Aux voix des ONG, se sont ajoutées celle d’organismes des Nations unies ainsi qu’un nombre croissant de représentants du secteur agricole et du secteur alimentaire. Cette semaine, en amont de la Conférence Environnementale qui doit se terminer aujourd’hui, le gouvernement Ayrault a également reconnu pour la première fois la réalité du « coût humain » des agrocarburants. Une avancée symbolique majeure sur le plan politique, mais qui ne va pas encore assez loin.Tandis que chaque année, la faim tue plus de personnes que le sida, le paludisme et la tuberculose réunis et que la faim dans le monde augmente, l’appui de l’Union européenne, de ses Etats membres et des Etats-Unis aux politiques de soutien aux agrocarburants entraine l’utilisation de quantités de plus en plus importantes de denrées alimentaires pour remplir les réservoirs de nos voitures : 40% du maïs américain et 65% des huiles végétales européennes d’après les derniers chiffres de la FAO.

Outre le fait qu’ils sont loin de tenir leurs promesses sur le plan environnemental − la quasi-totalité des agrocarburants utilisés aujourd’hui produisent plus de gaz à effet de serre que le diesel – les agrocarburants produits à l’échelle industrielle pour atteindre les objectifs d’incorporation fixés par les Etats-Unis et l’Union européenne participent en effet directement à la volatilité et l’augmentation des prix alimentaires. Alors que près d’un milliard de personnes souffre de la faim, la production de denrées alimentaires actuelle pourrait suffire à nourrir correctement l’ensemble de l’humanité. Favoriser la hausse des prix alimentaires dans ce contexte en créant de toutes pièces une demande artificiellement élevée sur le marché des agrocarburants est tout simplement intolérable.

D’autant plus que le marché très rentable des agrocarburants incite les entreprises privées à accaparer les terres les plus fertiles et les moins coûteuses dans les pays du Sud. Au cours des dix dernières années, c’est l’équivalent de 4 fois la taille de la France métropolitaine qui aurait été accaparé dans ces pays, dont environ 60% pour produire des agrocarburants. Les populations rurales et paysannes victimes de ces accaparements de terres sont celles qui souffrent déjà le plus de l’insécurité alimentaire.

Les pays membres de l’Union européenne doivent renoncer aux objectifs d’incorporation d’énergies renouvelables dans le secteur des transports, qui correspondent pour 90% à l’incorporation d’agrocarburants dans les carburants traditionnels. A la veille du grand débat national sur la transition énergétique que François Hollande annonce depuis plusieurs mois, le gouvernement a enfin pris conscience des conséquences désastreuses des politiques actuelles de soutien aux agrocarburants. Le Ministre de l’Agriculture Stéphane Le Foll a annoncé mercredi matin dans le cadre de son plan d’action contre la volatilité des prix que la France allait « faire une pause » sur le développement des agrocarburants. Une déclaration qui va dans le bon sens, même si elle ne permet pas de régler l’intégralité des problèmes liés à la consommation d’agrocarburants en France – pays qui a déjà atteint un taux d’incorporation de près de 7% d’agrocarburants dans les carburants traditionnels.

Dans le contexte actuel de crise économique, alimentaire et climatique, il est temps d’aller plus loin, et de renoncer définitivement à l’ensemble des objectifs d’incorporation d’agrocarburants fixés par la France et l’Union européenne. Le droit à l’alimentation de centaines de millions de personnes est en jeu.

Signataires : Philippe Collin, porte-parole de la Confédération paysanne, Sébastien Fourmy, directeur du plaidoyer d’Oxfam France, Carmen Heumann, présidente de Peuples solidaires en association avec Action Aid, Pierre Perbos, président du Réseau Action Climat France.