logo
LES MEMBRES
greenpeace
wwf
lpo
oxfam} alofa tulavu
4d
gret
helio
hespul
cler
amis de la terre
agir pour l'environnement
fnaut
fub
solar generation
reseau sortir du nucleaire
cniid
wecf
associations locales

MAILING LISTE

La liste climat du RAC-F vous permet de recevoir et d’envoyer des informations sur les changements climatiques.
S'abonner Se désabonner
attention ça chauffe
can
illustration
Conférence de Cancún : Les ministres doivent trancher
date 7 décembre 2010
texte+ texte- google twitter facebook

Communiqué du Réseau Action Climat – France (RAC-F) et de ses associations membres

Cancún, le 6 décembre 2010 – Alors que s’ouvre ici à Cancún le segment ministériel de la Conférence mondiale sur le climat, la présidence Mexicaine a réussi le pari d’instaurer un processus transparent et constructif au sein de la négociation. Les premiers résultats se font déjà ressentir avec l’adoption des conclusions des groupes de travail techniques (SBI, SBSTA), montrant le chemin pour trouver un consensus d’ici à la fin de la semaine. Le Réseau Action Climat France et ses associations membres rappellent aux Ministres qu’ils n’ont plus que quelques jours devant eux pour se mettre d’accord sur les principaux sujets sensibles de la négociation.


Vers un protocole de Kyoto renforcé et débarrassé de ses échappatoires

Ainsi, selon Sébastien Blavier du Réseau Action Climat France, « nous attendons des progrès substantiels sur le Protocole de Kyoto afin de créer les conditions pour l’adoption d’une deuxième période d’engagement avant la fin 2011. L’Europe doit notamment cesser de vouloir tricher sur la comptabilité de ses émissions forestières. Cette position réduit sa crédibilité alors même qu’elle se prétend être le « bon élève » de ces négociations ».


La science parle, la politique doit écouter

« Combien de temps encore les pays développés vont-ils affirmer au monde entier leur volonté de limiter l’augmentation des températures à 2°C d’ici à 2100, et dans le même temps prendre des engagements qui nous mettent sur la voie d’un réchauffement de 3°C à 4°C ? », s’interroge Karine Gavand de Greenpeace. « Il est grand temps que les ministres reconnaissent ici à Cancún ce fossé entre science et politique. Pour résoudre un problème, il faut d’abord admettre son existence ! »


Une architecture financière équitable et innovante

« Les avancées sur le dossier des financements climat sont encore trop timides pour pouvoir envisager une issue positive. Le sujet doit être abordé au niveau ministériel pour obtenir de réelles avancées, par exemple la création d’un fonds climat équitable ou le rappel des besoins essentiels de financements publics à plus long terme » souligne Romain Benicchio d’Oxfam France.

De plus, un accord est en vue sur les forêts tropicales. Cependant si la définition des niveaux de référence de la déforestation se fait à l’échelle sous-nationale, cela mettra en péril l’efficacité et la contribution réelle de ce mécanisme pour lutter contre le changement climatique. Enfin, les discussions sur l’adaptation piétinent alors que l’enjeu ici est de permettre le financement et la mise en œuvre d’actions concrètes sur le terrain pour soutenir les plus vulnérables.


Contacts


- Sébastien BLAVIER – Réseau Action Climat France - Mob : +33 (0)6 67 24 12 34
- Karine GAVAND – Greenpeace - Mob (Mx) : +52 1 998 201 67 75
- Romain BENICCHIO - Oxfam France - Mob (Mx) : + 52 1 998 144 30 76