logo
LES MEMBRES
greenpeace
wwf
lpo
oxfam} alofa tulavu
4d
gret
helio
hespul
cler
amis de la terre
agir pour l'environnement
fnaut
fub
solar generation
reseau sortir du nucleaire
cniid
wecf
associations locales

MAILING LISTE

La liste climat du RAC-F vous permet de recevoir et d’envoyer des informations sur les changements climatiques.
S'abonner Se désabonner
attention ça chauffe
can
illustration
Accueil > Changements climatiques > Web Bibliothèque Climat > Changements Climatiques > Autres forçages > Cohérence entre les observations satellitaires et les estimations modélisées de l’effet direct des aérosols
Cohérence entre les observations satellitaires et les estimations modélisées de l’effet direct des aérosols
date 18 juin 2009
texte+ texte- google twitter facebook

Science - 18 juin 2009

- Thème : Changements climatiques, autres forçages
- Titre : Cohérence entre les observations satellitaires et les estimations modélisées de l’effet direct des aérosols
- Titre original : Consistency between satellite and modeled estimates of the direct aerosol effect
- Auteur : G. Myhre
- Revue : Science
- Date de parution : 18 juin 2009
- Lien de consultation : http://www.sciencemag.org/content/3...
>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>

Cette étude s’est intéressée aux impacts des aérosols contenus dans l’atmosphère en termes de réchauffement climatique du fait de leur effet radiatif négatif, c’est-à-dire propre à contre-balancer l’effet radiatif positif imputable aux gaz à effet de serre. La conclusion est qu’alors que cet effet radiatif était évalué jusqu’à présent à -0,5 Watt/m² par les modèles, les observations ont permis de l’évaluer en réalité à -0,3 W/m², c’est-à-dire un effet d’atténuation du réchauffement climatique inférieur à ce qui était jusqu’à présent pensé. La différence vient du carbone noir présent dans l’atmosphère qui a un effet d’absorption des aérosols, et dont la concentration augmente plus rapidement que celle de ces derniers. Au final, les aérosols n’ont donc un effet atténuateur du réchauffement climatique que de 10 %, par rapport à l’effet amplificateur imputable aux émissions de GES anthropiques.


Consultez l’article : [http://www.sciencemag.org/content/3...]