logo
LES MEMBRES
greenpeace
wwf
lpo
oxfam} alofa tulavu
4d
gret
helio
hespul
cler
amis de la terre
agir pour l'environnement
fnaut
fub
solar generation
reseau sortir du nucleaire
cniid
wecf
associations locales

MAILING LISTE

La liste climat du RAC-F vous permet de recevoir et d’envoyer des informations sur les changements climatiques.
S'abonner Se désabonner
attention ça chauffe
can
illustration
Accueil > Réseau Action Climat > Nos activités > Le RAC-F dans la presse... > Articles 2005-2006 > Clôture de la conférence de Nairobi sur de timides avancées
Clôture de la conférence de Nairobi sur de timides avancées
date 20 novembre 2006
texte+ texte- google twitter facebook

NAIROBI : CONFÉRENCE SUR LE CLIMAT
Clôture de la conférence sur de timides avancées

La 12ème Conférence des Nations unies sur le changement climatique, qui s’
est ouverte le 6 novembre à Nairobi, a achevé ses travaux vendredi soir, 17
novembre. La prochaine se tiendra en 2007 à Bali, en Indonésie, a annoncé
le Président de la conférence, le Ministre de l’Environnement kényan,
Kivutha Kibwana, qui a salué une « conférence historique ». « D’importantes
décisions ont été prises concernant nos motifs de préoccupation, restés
longtemps sans réponse », a-t-il ajouté. La révision du Protocole de Kyoto,
qui devra permettre de déboucher sur de futurs engagements de réduction des
émissions de gaz à effet de serre, ne s’ouvrira qu’en 2008. Aucun délai n’a
été fixé pour l’aboutissement de ces discussions.

Les États industrialisés parties au Protocole de Kyoto, dont la première
période d’engagement expire en 2012, se sont accordés sur la nécessité de
réduire de 50% les émissions de gaz à effet de serre.
Cette diminution
devrait permettre de rester sous un seuil de réchauffement maximal de + 2
°C, seuil défendu par les négociateurs de l’Union européenne. Mais la
révision du Protocole de Kyoto ne s’ouvrira qu’en 2008.
La conférence a défini les critères de gouvernance d’un fonds d’adaptation
destiné à soutenir les pays en développement face aux défis du changement
climatique. Le fonds pourrait être opérationnel dès 2007. Reste à en
attribuer la gestion à l’organisme qui répondra à ces critères de
gouvernance. Le Fonds pour l’environnement mondial sera probablement chargé
de cette mission.
La conférence a reconnu la nécessité d’une meilleure répartition des
projets MDP (dispositif d’aide aux pays en développement prévu par Kyoto)
dans les pays les plus démunis, en insistant sur la nécessité de renforcer
les capacités et les infrastructures de ces pays. Le système des Nations
unies doit être mis à contribution pour les y aider.

Aider à protéger les forêts

Nairobi a retenu le constat selon lequel la déforestation dans les pays en
développement représente de 20 à 25% des émissions mondiales de CO2, soit
davantage que l’ensemble des secteurs du transport (14%), selon les
chiffres donnés par le rapport Stern. La conférence s’est aussi accordée
sur la nécessité d’attribuer un prix à chaque arbre sauvé : un atelier
spécial sera organisé au début de l’année 2007 pour envisager les moyens de
rémunérer les efforts des pays qui protègent leurs forêts.
Le débat, politique et technique, est renvoyé à la conférence de 2007 : il
a opposé les gros émetteurs de CO2, les pays industrialisés, producteurs de
pétrole, mais aussi la Chine et l’Inde - dont les économies sont fondées
sur le charbon -, aux pays en développement (dont le Brésil) qui font
valoir les incertitudes technologique du CCS et leurs craintes que ces
projets ne divertissent l’aide aux projets de développement durable. Mais
pour beaucoup d’observateurs, il ne sera pas possible de réduire de 50% les
émissions de gaz à effet de serre dans le monde sans en passer par cette
technologie.

Manque d’ambition face aux enjeux

Les experts "climat" des ONG ont salué des « petits pas » accomplis pendant
la Conférence de Nairobi sur l’avenir du Protocole de Kyoto et en faveur
des pays en développement, tout en dénonçant un manque d’ambition.
« La Conférence de Nairobi s’achève sur des petits pas pour maintenir le
Protocole de Kyoto sur les rails », a indiqué Hans Verolme du WWF, saluant
comme Steve Sawyer de Greenpeace l’unanimité des pays industrialisés à
reconnaître la « nécessité de diminuer par 2 les émissions de gaz à effet
de serre ».
« Mais une action plus forte était requise (...) et nos dirigeants devront
l’an prochain, en Indonésie, entamer de véritables négociations sur une
diminution drastique de leurs émissions » polluantes, a ajouté M. Verolme.
« Nous avons encore un long chemin à parcourir et peu de temps pour le
faire », a-t-il souligné.

Le "Cadre de Nairobi"

Pour Greenpeace, la conférence est « parvenue à certains progrès en faveur
des pays en développement », citant notamment le "Cadre de Nairobi" lancé
par le Secrétaire général de l’ONU Kofi Annan et impliquant les agences de
développement de l’organisation.
« Tout ce qui est possible doit être mis en œuvre en faveur du Fonds d’
adaptation », a par ailleurs ajouté Steve Sawyer en remarquant que les
décisions prises plaçaient sa gestion future sous « l’autorité du Protocole
de Kyoto (...) sur la base d’un pays, une voix, ce qui garantit une
majorité aux pays en développement » auquel il est destiné.
Évoquant des « accords modestes », Catherine Pearce de Friends of the Earth
s’est inquiétée « du renvoi de nombreuses décisions » à de futures
réunions, signalant qu’un « leadership fort serait nécessaire à Bali en
2007 pour lancer de vraies négociations sur l’après 2012 ».

Le Réseau Action Climat, qui regroupe près d’une dizaine d’ONG, estime que
les « décisions de Nairobi vont dans le bon sens, même si certains points
sont encore loin d’être à la hauteur des enjeux ».
Les ONG ont souhaité à Nairobi que l’ensemble des négociations sur l’après
2012 soient finalisées fin 2009 au plus tard, pour laisser aux États
parties au Protocole de Kyoto le temps de la ratification.

Source : Témoignages.re
20 novembre 2006
http://www.temoignages.re/article.p...