logo
LES MEMBRES
greenpeace
wwf
lpo
oxfam} alofa tulavu
4d
gret
helio
hespul
cler
amis de la terre
agir pour l'environnement
fnaut
fub
solar generation
reseau sortir du nucleaire
cniid
wecf
associations locales

MAILING LISTE

La liste climat du RAC-F vous permet de recevoir et d’envoyer des informations sur les changements climatiques.
S'abonner Se désabonner
attention ça chauffe
can
illustration
Accueil > Presse > Derniers Communiqués > Climat : la COP22 doit mettre en marche l’accord de Paris
Climat : la COP22 doit mettre en marche l’accord de Paris
date 7 novembre 2016
texte+ texte- google twitter facebook

Aujourd’hui s’ouvre la COP22, à Marrakech. Quelques jours seulement après l’entrée en vigueur de l’accord signé à la COP21, les 195 pays présents à la COP doivent écrire un nouveau chapitre des négociations. Face à l’urgence climatique, l’objectif est d’accélérer dès maintenant la lutte contre les changements climatiques et d’agir pour la solidarité entre pays du Nord et pays du Sud.

La session de Marrakech a la lourde tâche de reprendre le flambeau de la COP21, avec un agenda chargé. Elle devra approfondir les principes issus de l’accord de Paris pour définir ses règles de fonctionnement et transformer sa vision en réalité.

La priorité est d’inciter les pays à concrétiser et amplifier leurs actions de réduction d’émissions de gaz à effet de serre, sans attendre 2020. C’est la seule solution acceptable pour limiter le réchauffement de la planète bien en dessous de 2°C (si possible 1,5°C) et éviter des impacts dramatiques pour les populations les plus vulnérables. Les gouvernements devront aussi s’engager à mener des politiques climatiques plus ambitieuses dès 2018 : en l’état actuel, leurs engagements nous placent sur une trajectoire de réchauffement insoutenable, de 3°C. Pour atteindre une production d’énergie 100 % renouvelable et bannir définitivement les énergies fossiles, les gouvernements doivent par exemple élaborer des stratégies nationales pour ne plus émettre de gaz à effet de serre d’ici à 2050.

La solidarité au cœur des débats
La justice climatique doit également être au centre des discussions. Les événements extrêmes se multiplient et représentent un coût croissant pour les pays qui doivent y faire face. Pourtant, le plan d’action des pays riches pour soutenir les plus pauvres et atteindre 100 milliards de dollars par an d’ici à 2020 ne remplit pas ses promesses. Durant les négociations, les pays riches doivent mettre sur la table les garanties financières indispensables pour aider les populations à s’adapter aux impacts du dérèglement climatique, alors que l’adaptation est toujours le parent pauvre des flux financiers pour le climat.

Mais les actions décidées à la COP22 ne devront pas être appliquées à n’importe quel prix. Que ce soit pour lutter contre la faim dans le monde ou développer les énergies renouvelables, les vraies solutions doivent respecter les droits fondamentaux des populations, l’environnement, et permettre des transformations positives de nos sociétés. Dans l’agriculture par exemple, les vraies solutions sont celles qui allient réduction des émissions et adaptation, tout en évitant les pratiques qui pourraient renforcer les vulnérabilités des plus pauvres.

La COP22 est donc le moment de concrétiser l’accord de Paris. Les pays devront prouver qu’ils sont prêts à relever ce défi.