logo
LES MEMBRES
greenpeace
wwf
lpo
oxfam} alofa tulavu
4d
gret
helio
hespul
cler
amis de la terre
agir pour l'environnement
fnaut
fub
solar generation
reseau sortir du nucleaire
cniid
wecf
associations locales

MAILING LISTE

La liste climat du RAC-F vous permet de recevoir et d’envoyer des informations sur les changements climatiques.
S'abonner Se désabonner
attention ça chauffe
can
illustration
Accueil > Politiques et mesures > Politiques locales > Adaptation au changement climatique > Cartographie du risque de Retrait Gonflement d’Argiles
Cartographie du risque de Retrait Gonflement d’Argiles
date 11 juin 2012
texte+ texte- google twitter facebook

Un site Internet développé par le BRGM permet de consulter les cartes d’aléa concernant le Retrait Gonflement d’Argile par département ou par commune, de s’informer sur les manifestations du phénomène et la manière de les prévenir, et de télécharger les rapports et les cartes d’aléa déjà parus.

A la demande du Ministère de l’Ecologie, le BRGM a élaboré le site internet www.argiles.fr, librement accessible et destiné à l’affichage des cartes d’aléa au fur et à mesure de leur publication.

Qu’est-ce que le Retrait Gonflement d’Argile ?

Les terres argileuses voient leur consistance se modifier en fonction de leur teneur en eau : dures et cassantes lorsqu’elles sont desséchées, plastiques et malléables à partir d’un certain niveau d’humidité. Ces modifications de consistance s’accompagnent de variations de volume dont l’amplitude peut être parfois spectaculaire.

Le sol argileux situé sous une maison est protégé de l’évaporation en période estivale et il se maintient dans un équilibre hydrique qui varie peu au cours de l’année. De fortes différences de teneur en eau vont donc apparaître dans le sol au droit des façades, au niveau de la zone de transition entre le sol exposé à l’évaporation et celui qui en est protégé. Ceci se manifeste par des mouvements différentiels, concentrés à proximité des murs porteurs et, plus particulièrement, aux angles de la maison.
Cela se traduit par des fissurations en façade passant par les points de faiblesse que constituent les ouvertures.

Depuis la vague de sécheresse des années 1989-91, le phénomène de retrait-gonflement a été intégré au régime des catastrophes naturelles mis en place par la loi du 13 juillet 1982. En l’espace de 20 ans, ce risque naturel est devenu en France la deuxième cause d’indemnisation, derrière les inondations et le montant total des remboursements effectués à ce titre depuis 1989 était évalué en juin 2010 à environ 4.5 milliards d’euros, ce qui correspond à plusieurs centaines de milliers de maisons sinistrées sur l’ensemble de la France.

La comparaison entre la répartition géographique des communes touchées par les premières vagues de sécheresse prises pour l’indemnisation et celles
concernées en 2003, montre une nette progression des superficies atteintes. Une quinzaine de nouveaux départements, jusqu’à présent épargnés par le phénomène, ont subi de nombreux sinistres, attribués a priori au retrait-gonflement, en particulier dans l’Est de la France.

Ce sont les sécheresses estivales qui sont responsables de la majorité des sinistres liés au Retrait Gonflement d’Argile et la hausse de fréquence et d’intensité des sécheresses en raison du changement climatique devrait amplifier ce risque.

Afin de tenter de diminuer à l’avenir le nombre de sinistres causés par le phénomène de retrait-gonflement des argiles, il importe de cartographier l’aléa associé, ce qui revient à délimiter les secteurs a priori sensibles, pour y diffuser certaines règles de prévention à respecter.

Le BRGM - Bureau de Recherches Géologiques et Minières - est l’établissement public spécialiste des applications des sciences de la Terre pour gérer les ressources et les risques du sol et du sous-sol.