logo
LES MEMBRES
greenpeace
wwf
lpo
oxfam} alofa tulavu
4d
gret
helio
hespul
cler
amis de la terre
agir pour l'environnement
fnaut
fub
solar generation
reseau sortir du nucleaire
cniid
wecf
associations locales

MAILING LISTE

La liste climat du RAC-F vous permet de recevoir et d’envoyer des informations sur les changements climatiques.
S'abonner Se désabonner
attention ça chauffe
can
illustration
Campagne contre les grands barrages
date 17 juin 2003
texte+ texte- google twitter facebook

Barrages : voyons petit !

Les Amis de la Terre lancent une nouvelle campagne sur les grands barrages, soutenue par plus de trente associations et syndicats dont le Réseau Action Climat France. La campagne dénonce le rôle majeur que joue la France dans la construction de nouveaux grands barrages à l’étranger (Trois Gorges en Chine, Nam Theun 2 au Laos), dont l’impact sur l’environnement et les communautés locales est désastreux.
La campagne demande que soient respectées les recommandations de la Commission Mondiale des Barrages (CMB), l’institution de référence en la matière. Elle exige en particulier une plus grande transparence en amont de la prise de décision, la consultation des populations affectées et l’étude systématique d’alternatives aux méga-projets.

Sont visées par cette campagne, les entreprises Alstom, EDF et la Société Générale, mais aussi deux institutions financières agissant au nom de l’Etat : l’Agence Française de Développement et surtout la COFACE, l’agence d’assurance-crédits qui garantit les exportations d’entreprises nationales avec de l’argent public.

La CMB, après la plus grande étude jamais réalisée sur les grands barrages, a estimé que ces derniers pourraient représenter 1 à 28 % des émissions de gaz à effet de serre dues aux activités humaines, à cause de la décomposition de la végétation et des sols submergés par les retenues d’eau, et des matières organiques amenées et stockées dans les réservoirs. Des chercheurs canadiens ont affiné ces travaux et sont parvenus au chiffre de 7%.

Parallèlement, la CMB a dénoncé l’absence de prise en compte sérieuse des alternatives aux grands barrages : " L’évaluation des options est classiquement limitée dans son étendue, en raison des intérêts politiques et économiques qui sous-tendent les projets de barrages ". Elle affirme au contraire que " la priorité doit être donnée à l’amélioration de l’efficacité de la consommation et à l’utilisation d’énergies renouvelables. Les option décentralisées (barrages compris), à petite échelle, fondées sur les ressources renouvelables locales, offrent le meilleur potentiel à court terme - et peut-être à long terme - dans les zones rurales ".

Pour plus d’information : www.amisdelaterre.org et www.dams.org (CMB)
Sébastien Godinot, Les Amis de la Terre