logo
LES MEMBRES
greenpeace
wwf
lpo
oxfam} alofa tulavu
4d
gret
helio
hespul
cler
amis de la terre
agir pour l'environnement
fnaut
fub
solar generation
reseau sortir du nucleaire
cniid
wecf
associations locales

MAILING LISTE

La liste climat du RAC-F vous permet de recevoir et d’envoyer des informations sur les changements climatiques.
S'abonner Se désabonner
attention ça chauffe
can
illustration
Accueil > Presse > Derniers Communiqués > COP22 : Réactions des ONG au discours de François Hollande
COP22 : Réactions des ONG au discours de François Hollande
date 15 novembre 2016
texte+ texte- google twitter facebook

"Il était important que François Hollande affirme ainsi que la France restera mobilisée, comme d’autres pays, dans la lutte contre les changements climatiques, quelles que soient les décisions prises par Donald Trump. Cependant, cette volonté de rester mobilisé doit aller au-delà du discours et se traduire d’ici à la fin du quinquennat par des actes concrets. Notamment via un soutien accru aux énergies renouvelables, à l’efficacité énergétique, aux transports propres et une aide à la hauteur pour l’adaptation des pays les plus vulnérables aux impacts des changements climatiques."
Lucile Dufour, Responsable des politiques internationales au Réseau Action Climat.

"Dans son discours, François Hollande a positionné la France comme le gardien du temple de l’Accord de Paris au niveau international. Il s’est malheureusement contenté du service minimum en réitérant les engagements français pris vers la COP21 et en rappelant les objectifs de sa loi sur la transition énergétique."
Pascal Canfin, Directeur général du WWF France.

"Dans son discours, François Hollande ne fait que réaffirmer les engagements financiers déjà pris par la France. En ne mobilisant que 20 % des financements climat pour l’adaptation d’ici à 2020, elle est loin de répondre aux besoins croissants sur le terrain. Il est impératif que la France augmente la part allouée à l’adaptation, notamment le montant de l’aide apportée sous forme de subventions d’ici 2020. Rappelons que la part de dons dans les financements climat français ne s’élève actuellement qu’à 2 %, faisant de la France le mauvais élève de l’Europe sur cette question."
Armelle Le Comte, Chargée de plaidoyer Climat et énergie à Oxfam France.


Pour rappel, notre "aide mémoire" pour la fin du quinquennat