logo
LES MEMBRES
greenpeace
wwf
lpo
oxfam} alofa tulavu
4d
gret
helio
hespul
cler
amis de la terre
agir pour l'environnement
fnaut
fub
solar generation
reseau sortir du nucleaire
cniid
wecf
associations locales

MAILING LISTE

La liste climat du RAC-F vous permet de recevoir et d’envoyer des informations sur les changements climatiques.
S'abonner Se désabonner
attention ça chauffe
can
illustration
C’est la faute du soleil !
date 17 mai 2010
texte+ texte- google twitter facebook

Activité solaire & climat : le soleil est-il la cause du réchauffement climatique ?

L’erreur sceptique :
Ces dernières centaines d’année il y a eu une constante augmentation du nombre de taches solaires en même temps que la terre se réchauffait. Cette donnée suggère que l’activité solaire influence le climat et provoque ce réchauffement climatique. (BBC)

Ce que dit la science :

Durant les 35 dernières années, alors que le climat continuait de se réchauffer, l’intensité du soleil a montré une légère tendance à la baisse. Le soleil et le climat ont suivi des tendances opposées.

En tant que pourvoyeur de presque toute l’énergie chauffant la Terre, le soleil a une forte influence sur le climat. Si l’on compare l’évolution du soleil et du climat des 1150 dernières années, on trouve un lien fort entre les températures et l’activité solaire (Usoskin 2005). Cependant, après 1975, les températures ont augmenté tandis que l’activité solaire montrait une tendance progressive à la baisse. Cette étude nous amène donc à conclure que « durant les 30 dernières années le rayonnement solaire, le rayonnement ultra violet et le rayonnement cosmique n’ont pas montré d’augmentation significative, de sorte que le plus récent épisode de réchauffement doit avoir une autre cause. »

En fait, plusieurs mesures indépendantes de l’activité solaire indiquent que l’intensité du soleil a une tendance à la baisse depuis 1960, alors qu’au même moment la température globale augmentait. Durant les 35 dernières années de réchauffement climatique, le soleil et le climat ont progressé dans des directions opposées. Une analyse des tendances solaires a conclu que le soleil a contribué à un léger refroidissement ces dernières décennies (Lockwood 2008).


Figure 1 : Évolution de la moyenne annuelle (ligne fine) et de la moyenne sur 10 ans (ligne épaisse) de la température de surface (rouge) et de la constant solaire (bleu). Température de surface estimée par le NASA GISS. Constante solaire estimée par TSI pour la période 1880 à 1978, par Solanki de 1880 à 1978 et par PMOD de 1979 à 2009.


Autres études concernant l’influence du soleil sur le climat

Cette conclusion est confirmée par de nombreuses études qui affirment que, si le soleil a contribué au réchauffement au début du 20ème siècle, il a eu une faible contribution (presque négative) dans les dernières décennies.

- Erlykin 2009 : « Nous en déduisons que la part maximum de l’augmentation récente de la température moyenne à la surface de la Terre qui peut être attribuée à l’activité solaire est de 14% du réchauffement climatique observé »

- Benestad 2009 : « Notre analyse montre que la contribution du soleil à un réchauffement climatique est très probablement de 7 ± 1% pour le 20ème siècle et négligeable pour le réchauffement depuis 1980. »

- Lockwood 2008 : Il est démontré que la contribution des variations solaires aux tendances des températures depuis 1987 est modeste et décroissante ; la meilleure estimation est -1.3% et l’intervalle de confiance à 2σ est de -0.7 à -1.9% ; »

- Ammann 2007 : « Bien que les effets solaires et volcaniques semblent dominer la plupart des lentes variations climatiques du dernier millénaire, les gaz à effet de serre ont un effet dominant depuis la deuxième moitié du siècle dernier. »

- Lockwood 2007 : « La rapide augmentation des températures moyennes constatées après 1985 ne peut pas être attribuée à la variation de l’activité solaire, quelque soit le mécanisme invoqué et quelle que soit l’amplification de la variation solaire.

- Foukal 2006 conclut « Les variations mesurées par satellite depuis 1978 sont trop faibles pour avoir contribué significativement au réchauffement climatique rapide de ces 30 dernières années. »

- Scaffetta 2006 dit « depuis 1975 le réchauffement climatique s’est accéléré beaucoup plus vite que ce que l’on peut raisonnablement attribuer au soleil. »

- Usoskin 2005 conclut « durant les 30 dernières années, le rayonnement total du soleil, les ultraviolets et les rayons cosmiques n’ont pas montré de tendance significative à la hausse, de sorte que le dernier épisode de réchauffement doit avoir une autre cause. »

- Solanki 2004 répertorie 11,400 années de tâches solaires en utilisant les concentrations de carbone 14 et conclut « la variation solaire n’a probablement pas pu être la cause dominante du fort réchauffement climatique de ces 30 dernières décennies ».
Haigh 2003 dit « Les données d’observation suggèrent que le Soleil a influencé les températures durant des décennies, des siècles et des millénaires mais l’analyse des forçages radiatifs, les résultats des modèles d’équilibre énergétique et ceux des modèles de circulation générale suggèrent que le réchauffement de la fin du 20ème siècle ne peuvent pas - Stott 2003 a augmenté la sensibilité du modèle climatique au forçage solaire et a malgré tout conclu que l’essentiel du réchauffement climatique des 50 dernières années est très probablement dû à une augmentation des gaz à effet de serre. »

- Solanki 2003 conclut « la contribution du soleil au réchauffement climatique depuis 1970 n’a pas dépassé les 30% ».

- Lean 1999 conclut « il est peu probable que la relation Soleil - climat puisse être très impliquée dans le réchauffement climatique depuis 1970 ».

- Waple 1999 affirme « il y a peu d’indices pouvant suggérer que les variations de la constante solaire aient pu avoir un impact sur la tendance au réchauffement récent ».

- Frolich 1998 conclut « la tendance de la radiation solaire a très peu contribué à la hausse de 0.2°C de la température moyenne de la dernière décennie ».