logo
LES MEMBRES
greenpeace
wwf
lpo
oxfam} alofa tulavu
4d
gret
helio
hespul
cler
amis de la terre
agir pour l'environnement
fnaut
fub
solar generation
reseau sortir du nucleaire
cniid
wecf
associations locales

MAILING LISTE

La liste climat du RAC-F vous permet de recevoir et d’envoyer des informations sur les changements climatiques.
S'abonner Se désabonner
attention ça chauffe
can
illustration
Bali : théâtre d’un bras de fer Union européenne/Etats-Unis : Allez Borloo
date 13 décembre 2007
texte+ texte- google twitter facebook

Communiqué de presse
Greenapeace - Réseau Action Climat France - Fondation Nicolas Hulot
13 décembre 2007

Bali : théâtre d’un bras de fer Union européenne/Etats-Unis
Allez Borloo !

Bali (Indonésie), le 13 décembre 2007 - Greenpeace France, le Réseau Action Climat France (Rac-France) et la Fondation Nicolas Hulot tiennent à saluer le tournant pris depuis hier soir par la Conférence de Bali, suite au discours tenu par Jean-Louis Borloo devant les Nations unies.

Depuis l’intervention du ministre français de l’Écologie, du Développement et de l’Aménagement durables hier, il n’est question que de ça à Bali : les États-Unis doivent accepter de s’engager avec les autres pays industrialisés à réduire leurs émissions de 25 à 40 % d’ici à 2020.

Dans le discours qu’il a tenu à la tribune onusienne, Jean-Louis Borloo a affirmé : « À ceux, pays industrialises, ceux d’entre nous qui hésitent à s’engager comme si cela pouvait créer une décroissance sociale et économique dans leur pays. Je voudrais leur dire que nous devons nous engager sur cette réduction de 25 à 40 % d’ici à 2020 des émissions de gaz à effet de serre. »

Jean-Louis Borloo a ensuite ajouté : « Si le principe d’autres réunions des grandes économies peut être concevable, encore faut-il qu’il soit accompagné d’engagements quantifiés des pays industrialisés. À défaut, la discussion des moyens sans objectifs risque d’ajouter à l’incompréhension. »

« Il s’agit là d’un véritable camouflet infligé à George W. Bush et son "Major Economies Meeting" (MEM), déclare Pascal Husting, directeur général de Greenpeace France. Nous félicitons Jean-Louis Borloo de mettre ainsi les Américains au pied du mur et de rejeter fermement le processus parallèle qu’ils tentent d’instaurer et qui n’a qu’un seul objectif : torpiller Kyoto. »

Depuis, le ministre répète à l’envi que si Bali ne débouche pas sur cet engagement clair des pays industrialisés il ne voit pas pourquoi il faudrait que la troisième réunion des grandes économies se tienne à Paris, fin février

D’ailleurs, le ministre de l’Environnement allemand a renchéri ce midi en annonçant, suite à une réunion informelle des ministres européens, que si Bali n’enregistrait pas des « avancées substantielles » l’UE ne se rendrait pas à Hawaï, où serait prévue la deuxième réunion du MEM.

Greenpeace France, le Rac-France et la Fondation Nicolas Hulot se félicitent que la tentative de déraillement du processus multilatéral orchestrée par les États-Unis soit ainsi contrée par l’Union européenne et la France.

Contacts sur place, à Bali :
- Adélaïde Colin, chargée de communication, Greenpeace : +62/0-81 338 965 317
- Morgane Créach, chargée de mission International, Rac : +62/0-81 338 979 630
- Pascal Husting, directeur général, Greenpeace France : +62/0-81 337 949 734
- Benoît Faraco, coordinateur Climat/Energie à la FNH : +62/0-81 338 984 886