logo
LES MEMBRES
greenpeace
wwf
lpo
oxfam} alofa tulavu
4d
gret
helio
hespul
cler
amis de la terre
agir pour l'environnement
fnaut
fub
solar generation
reseau sortir du nucleaire
cniid
wecf
associations locales

MAILING LISTE

La liste climat du RAC-F vous permet de recevoir et d’envoyer des informations sur les changements climatiques.
S'abonner Se désabonner
attention ça chauffe
can
illustration
Bali : la maison brûle encore, mais on a sauvé les meubles.
date 15 décembre 2007
texte+ texte- google twitter facebook

Communiqué de presse
Greenpeace - Réseau Action Climat - Fonation Nicolas Hulot

Bali : la maison brûle encore, mais on a sauvé les meubles.

Bali (Indonésie), le 15 décembre 2007 - Pour Greenpeace France, le Réseau Action
Climat-France et la Fondation Nicolas Hulot, le résultat de la 13e Conférence des Nations
unies sur les changements climatiques, n’est pas à la hauteur des attentes concrètes de
l’opinion publique et de l’alerte lancée par les scientifiques.

Les ONG dénoncent le sabotage mené par l’administration Bush et la disparition
d’engagements chiffrés qui auraient fait la réussite de Bali :
- l’objectif de maintenir l’augmentation globale des températures en dessous de 2°C d’ici
la fin du siècle ;
- la nécessité de diviser par deux les émissions mondiales de gaz à effet de serre (GES)
d’ici à 2050 ;
- l’engagement des pays industrialisés de réduire de 25 à 40 % leur émissions d’ici à
2020, par rapport aux niveaux de 1990 ;
- le « pic », c’est-à-dire le fait que les émissions doivent culminer d’ici 10 à 15 ans.

« Le consensus scientifique est réduit à une note de bas de page, qui renvoie à un
tableau où chaque pays peut opter le scénario qui lui convient, déclare Pascal Husting,
directeur général de Greenpeace France. La feuille de route dessinée à Bali prend le
risque du + 3°C, du bouleversement irréversible des écosystèmes, de centaines de
millions de réfugiés climatiques. »

Les organisations de défense de l’environnement sont satisfaites :
- du calendrier adopté : les négociations pour les engagements post 2012 devront être
terminées fin 2009 au plus tard, lors de la Conférence de Copenhague ;
- de l’évolution du dialogue informel entre les participants à la Convention (pays en
développement et pays industrialisés, dont les États-Unis) en un véritable processus de
négociations.

La divine surprise de cette Conférence de l’Onu, c’est la main tendue dès le premier jour
par les quelque 150 États membres du G 77, en particulier la Chine, l’Inde, le Brésil et
l’Afrique du Sud. « Ces pays ont manifesté une volonté d’agir contre les changements
climatiques, déclare Benoît Faraco, de FNH. Leur ténacité et le soutien affiché in extremis
par l’Union européenne ont eu raison d’Américains obnubilés par leurs seuls intérêts. »

Le G 77 a conditionné son engagement dans la lutte contre les changements climatiques
à la garantie que les pays industrialisés s’engagent à leur transférer les technologies et
les financements nécessaires.
Les ONG se félicitent des avancées obtenues sur ces deux
points, comme de la prise en compte, dès 2012, de la réduction des émissions de CO2
liées à la déforestation et à la dégradation des forêts tropicales. Elles veilleront à ce que
ce processus garantissent les droits des populations autochtones. Sans garde fou, il
pourrait renforcer certaines politiques forestières injustes et non durables.

« Bali a enregistré quelques avancées importantes mais a échoué sur l’essentiel : trouver
un accord commun comprenant des objectifs chiffrés. Si on a évité le pire, beaucoup de
travail reste à faire jusqu’à la Conférence de Copenhague, fin 2009 », conclut Morgane
Créach, chargée de mission International du Réseau Action Climat-France.