logo
LES MEMBRES
greenpeace
wwf
lpo
oxfam} alofa tulavu
4d
gret
helio
hespul
cler
amis de la terre
agir pour l'environnement
fnaut
fub
solar generation
reseau sortir du nucleaire
cniid
wecf
associations locales

MAILING LISTE

La liste climat du RAC-F vous permet de recevoir et d’envoyer des informations sur les changements climatiques.
S'abonner Se désabonner
attention ça chauffe
can
illustration
Accueil > Presse > Derniers Communiqués > Avenir trouble pour la fiscalité écologique
Avenir trouble pour la fiscalité écologique
date 15 octobre 2014
texte+ texte- google twitter facebook

Alors que le budget 2015 est débattu à partir d’aujourd’hui à l’Assemblée nationale, le Réseau Action Climat dénonce la cécité du Gouvernement face à l’efficacité sociale et environnementale de la fiscalité écologique. Il appelle les parlementaires à corriger le tir pour permettre à la France de concrétiser la transition énergétique et de tenir l’engagement du Président de la République de rattraper la moyenne européenne en la matière.

LE GOUVERNEMENT RENONCE À LA FISCALITÉ ÉCOLOGIQUE À LA VEILLE DE LA CONFÉRENCE CLIMAT DE 2015

Après avoir introduit en 2013 une composante carbone équivalente à 7 euros la tonne de CO2 dans les taxes énergétiques, le gouvernement, cédant aux lobbies, vient de marquer un recul spectaculaire avec l’abandon de la taxe kilométrique poids lourds. Et ce, au détriment des contribuables qui doivent assumer les coûts de la pollution, de l’usure des routes mais aussi maintenant les indemnités dues à la société Ecomouv et le manque à gagner pour les infrastructures. Cette régression est pénalisante puisque les projets de transports en commun et vélo indispensables à la transition énergétique sont depuis, au point mort.

En 2015, la France n’a d’autre choix que de progresser sur le front d’une fiscalité plus juste et plus écologique pour faire preuve d’exemplarité à la COP de Paris et de cohérence avec la loi de transition énergétique. Le signal prix sur le carbone et l’énergie est une condition sine qua non de la division par 4 de nos émissions de gaz à effet de serre sur laquelle la France s’est engagée. Paradoxalement, à l’heure de la transition énergétique, la France continue à subventionner davantage la pollution que les solutions. La Ministre de l’Ecologie doit permettre la réouverture des discussions sur une fiscalité plus juste et plus écologique, en relançant notamment le Comité pour la fiscalité écologique.

LES PARLEMENTAIRES DOIVENT REPECHER LA FISCALITE ECOLOGIQUE

Face aux reculs du Gouvernement, il appartient aux parlementaires de traduire les engagements de la transition énergétique dans le budget en adoptant les mesures suivantes :
• L’adoption d’une trajectoire progressive et ambitieuse pour la contribution climat-énergie afin d’atteindre 100 euros la tonne de CO2 d’ici à 2030, avec la fixation d’un taux pour 2017.
• L’application aux transporteurs routiers de la hausse de deux centimes de la TICPE sur le gazole. Alors qu’ils représentent 20% de la consommation, les transporteurs routiers jouissent d’un remboursement qui pèsera plus de 500 millions d’euros en 2015 et qui s’ajoute à toutes les compensations déjà obtenues (généralisation des 44 tonnes, baisse de la taxe à l’essieu) en vue de la mise en œuvre de la taxe poids lourds qui ne verra sans doute jamais le jour.
• Des mesures d’accompagnement des ménages comme une prime à la conversion automobile soumise à conditions de ressources ainsi qu’une baisse du taux de TVA sur les transports en commun à 5,5%.

Contact au Réseau Action Climat : Lorelei Limousin, chargée de mission transports et fiscalité. Tel : +33770310919