logo
LES MEMBRES
greenpeace
wwf
lpo
oxfam} alofa tulavu
4d
gret
helio
hespul
cler
amis de la terre
agir pour l'environnement
fnaut
fub
solar generation
reseau sortir du nucleaire
cniid
wecf
associations locales

MAILING LISTE

La liste climat du RAC-F vous permet de recevoir et d’envoyer des informations sur les changements climatiques.
S'abonner Se désabonner
attention ça chauffe
can
illustration
« Assez de discours, des actes »
date 19 mars 2014
texte+ texte- google twitter facebook

Ces prochains semaines, les décisions prises aux niveaux national et européen vont décider de l’avenir climatique de la France et de l’Europe.
Le RAC France, d’Attac France et le Centre de recherche d’information sur le développement (CRID) ont adressé une lettre ouverte aux ministres Laurent Fabius, Philippe Martin et Pascal Canfin pour leur rappeler l’urgence climatique

Fin 2013, la France a été officiellement désignée comme pays hôte de la conférence de l’ONU sur le climat de 2015. Deux mois plus tôt, le gouvernement précisait ses ambitions et annonçait vouloir aboutir à « un accord applicable à tous, juridiquement contraignant et ambitieux, c’est-à-dire permettant de respecter la limite des 2 °C ». À l’issue de la conférence des parties de Varsovie (Pologne) fin 2013, qui fut l’une des conférences de l’ONU les plus inquiétantes de ces vingt dernières années, on en est très loin.

« Assez de discours, des actes ». C’est derrière ce slogan que les mouvements sociaux et ONG présents à Varsovie, constatant l’absence d’avancées, avaient quitté la conférence climatique deux jours avant son terme.Et c’est le message principal que le RAC, Attac France, le CRID et leurs membres veulent faire passer au gouvernement français, dans une lettre adressée au ministre des Affaires étrangères Laurent Fabius, au ministre de l’Ecologie et de l’énergie Philippe Martin et au ministre délégué au Développement, Pascal Canfin.

La lecture du nouveau rapport du GIEC invite à accroître très sensiblement les objectifs de réduction d’émission que se sont donnés les pays de l’Union européenne pour 2020. L’UE s’y refuse. De plus, la Commission européenne ne s’engage que dans la voie d’une réduction de 40 % des émissions d’ici à 2030 (par rapport à 1990) et repousse pour plus tard l’essentiel des efforts à produire. C’est un minimum de 55 % de réduction des émissions domestiques, dès 2030, que le gouvernement français devrait défendre activement au niveau européen. De même, les objectifs de déploiement des énergies renouvelables et d’efficacité énergétique doivent être revus à la hausse et rendus contraignants en France et en Europe. Couplées à des financements climat anecdotiques, les actuelles propositions de la Commission européenne, appelées à devenir la position de négociation de l’UE pour la COP de Paris, sont insuffisantes pour répondre à l’objectif fixé.



Faute d’avoir évité que l’Union européenne s’aligne sur la position des États-Unis – laisser chaque pays définir lui-même son niveau d’engagement de réduction d’émissions – le gouvernement français doit œuvrer pour une nette revalorisation à la hausse des objectifs du plan énergie-climat 2030 en discussion à l’échelle européenne. Nous savons que la France n’est pas seule à pouvoir décider de tels changements, mais l’immobilisme de l’Union européenne ne pourra être contré qu’en présence d’une voix forte en son sein.

L’UE est également attendue en matière de financements. A l’échelon européen, une taxe sur les transactions financières portant sur l’ensemble des produits financiers est indispensable non seulement comme source immédiate de financement, mais également pour endiguer la spéculation financière.





Cette lettre a été rédigée à l’initiative de :
Attac France
Centre de recherche et d’information pour le développement (CRID)
Réseau Action Climat

Les autres signataires :

Aitec ; Amis de la Terre ; Bizi ! ; CCFD-Terre Solidaire ; Confédération paysanne ; Emmaüs International ; Fondation Sciences citoyennes ; France Amérique Latine ; France Libertés ; FSU ; Le Mouvement de la paix ; Oxfam France ; Ritimo ; Union syndicale Solidaires ; Terre des Hommes



En savoir plus :

Les dirigeants européens tiennent-ils leurs promesses sur le climat ?
Pas si sûr... Le climat est bien là, mais où est l’action ?



Le Paquet énergie climat 2030 de l’UE expliqué avec des marionnettes :