logo
LES MEMBRES
greenpeace
wwf
lpo
oxfam} alofa tulavu
4d
gret
helio
hespul
cler
amis de la terre
agir pour l'environnement
fnaut
fub
solar generation
reseau sortir du nucleaire
cniid
wecf
associations locales

MAILING LISTE

La liste climat du RAC-F vous permet de recevoir et d’envoyer des informations sur les changements climatiques.
S'abonner Se désabonner
attention ça chauffe
can
illustration
Anne Hidalgo
date 1er janvier 2014 documents joints 2 documents joints
    [ [
texte+ texte- google twitter facebook

Anne Hidalgo nous a répondu.
Ses réponses à notre questionnaire sont disponibles ci-dessous





Urbanisme

Vous engagez-vous à proposer en conseil municipal :

1. D’imposer, dans le cadre de la révision de votre PLU, des zones de performance énergétique renforcée dans certains quartiers ou projets urbains comme cela est permis par les lois « Grenelle » ?

Oui. La Ville de Paris s’est déjà engagée à imposer des performances énergétiques renforcées pour les projets urbains, dans le cadre de son Plan Climat Energie Territoriale 2012-2017. Ces engagements vont au-delà des lois "Grenelle" en vigueur. Très concrètement, si je suis élue maire, je veux développer plusieurs éco-quartiers d’envergure, des quartiers « zéro déchet, zéro carbone ». Dans le cadre de la création de la Métropole de Paris, je souhaite également engager une révision des règlements d’urbanisme en vigueur pour construire une vision commune de l’évolution des territoires, conjuguant développement durable, nature en ville, logement et emploi.

2. Le développement d’une politique opérationnelle et/ou prescriptive pour favoriser le maintien des commerces et des services de proximité en ville et de stabiliser, voire réduire, la consommation d’espace due aux activités économiques (zones commerciales, hypermarchés, etc.) ?

Oui. Je veux veiller à la sauvegarde des 100 000 commerces de proximité parisiens. En mobilisant le PLU et avec la SEMAEST, j’identifierai de nouveaux « Vital Quartiers », là où l’uniformisation menace. Je veux lancer un outil de financement participatif pour les commerces de proximité, soutenir le label « Fait à Paris / Made in Paris », créer une Nuit de la librairie, et impliquer les commerces de proximité dans les grands évènements. J’entends encourager les commerçants et artisans à se constituer en associations pour mieux animer leur quartier. Enfin je ne suis pas favorable à une généralisation de l’ouverture des commerces le dimanche qui pénalise le commerce de proximité : nous devons mener une réflexion quartier par quartier, entre autre avec l’aide des commerçants.

3. De favoriser la densification (hors immeubles de grande hauteur) autour des gares, le long des lignes de transport en commun ou des réseaux de chaleur ?

Oui. Paris est en soi une ville dense. Il faut utiliser la proximité de l’habitat avec les réseaux de transport et la grande diversité des réseaux de chaleur, sur l’ensemble du territoire, pour optimiser notre politique énergétique. Je souhaite densifier là où il reste de la place et dans les nouveaux quartiers. Je veux travailler avec la SNCF et RFF pour poursuivre l’intégration urbaine des voies ferroviaires comme à Bercy Charenton. Les gares elles-mêmes doivent être pensées comme des quartiers dans la ville, mieux intégrées au tissu urbain. Je souhaite enfin travailler sur la récupération de l’énergie pour chauffer les logements, en particulier la chaleur perdue ou produite par les égouts ou les data centers.

4. La mise en place d’une politique de végétalisation de la ville pour favoriser la biodiversité urbaine, lutter contre les îlots de chaleur urbains, etc. ?

Oui. J’entends renforcer la végétalisation de Paris partout où cela est possible. Je veux végétaliser 100ha de toitures et façades, expérimenter une rue totalement végétale et dédier à la végétalisation 200 lieux aujourd’hui délaissés. 20 000 arbres seront plantés pour atteindre le chiffre de 500 000 à Paris en 2020. Enfin mon projet de reconquête de la Petite Ceinture permettra d’ajouter des espaces de respiration en plus des parcs et jardins existants.


Mobilité

Vous engagez-vous à proposer en conseil municipal :

1. La création de nouvelles lignes de transports en commun en site propre de qualité (exemple : bus à haut niveau de service) ?

Oui. En matière de transports en commun, je souhaite prolonger le tramway des Maréchaux, prolonger les lignes 10 et 14, automatiser la ligne 4, créer une navette sur la Seine, et étudier l’idée d’un transport suspendu entre les gares de Lyon et d’Austerlitz. Concernant spécifiquement les bus, je souhaite en augmenter la fréquence et la régularité, adapter leurs itinéraires aux besoins des parisiens, et remplacer les bus diesel de la RATP par des véhicules hybrides ou électriques. Le début de la mandature verra la commande 300 bus de ce type.

2. La mise en place d’un grand plan vélo, comprenant le développement d’itinéraires cyclables sécurisés, de stationnements vélo en particulier aux abords des stations de transport collectif, de services dédiés au vélo (maison du vélo/des mobilités, ateliers de réparation de vélos, information, etc.) ?

Oui. Pour les cyclistes, je veux doubler l’usage du vélo en 10 ans. Je souhaite doubler le kilométrage des pistes cyclables, en particulier en créant une voie nord-sud, une voie reliant les bois, une sur les Champs Elysées, une grande rocade autour de Paris et des liaisons vers la métropole par les Portes, le long des voies ferrées et de la Seine. Je veux poursuivre les aménagements de voirie et la signalétique destinée aux cyclistes, et enfin créer de nouveaux garages à vélos et des stations Velib’ à proximité des gares, des collèges, des lycées, des universités, des hôpitaux et des musées.

3. De passer votre ville en zone 30 km/h (hors axes pénétrants et de grand transit) ?

Oui. Je souhaite limiter la vitesse à 30km/h dans tout Paris, à l’exception du réseau d’avenues et de boulevards. Cela permettra de lutter contre l’insécurité routière, la pollution et le bruit.


Bâtiments

Vous engagez-vous à proposer en conseil municipal :

1. Le lancement d’un grand programme de rénovation lourde des bâtiments privés, incluant l’information et l’accompagnement des ménages (de type OPAH énergie ou OPATB) ?

Oui. Je souhaite lancer un nouveau plan de rénovation thermique des logements parisiens, sociaux ou privés, pour alléger la facture énergétique des habitants. Grace à ses Plans Climat Énergie Territoriale 2005-2012 puis 2012-2017, la Ville de Paris a déjà expérimenté plusieurs dispositifs permettant d’accompagner les copropriétés privées parisiennes. Une OPATB a été lancée sur les bâtiments énergivores dans le 13e arrondissement, et deux autres sont en projet dans les 19e et 15e arrondissements. Une OPAH développement durable et économie d’énergie a été réalisée dans le secteur de la Place de la République. La Ville propose également aux copropriétés une subvention pour la réalisation d’un audit énergétique de leur bâtiments et l’Agence Parisienne du Climat permet de mobiliser les syndics de copropriétaires sur ces sujets. Je souhaite que l’ensemble de ces outils se renforce et que les OPAH et OPATB s’étendent à d’autres arrondissements et quartiers.

2. Le lancement d’un programme de mobilisation et de structuration des professionnels de la rénovation énergétique par exemple en s’appuyant sur la rénovation du parc public ?

Oui. Dans le cadre de son Plan Climat Énergie Territoriale, la Ville de Paris s’est associée dès 2007 aux organismes professionnels du bâtiment pour inciter les entreprises et artisants à acquérir de nouvelles compétences en matière de travaux d’économies d’énergie. Les coordonnées de plus de 100 entreprises spécialisées sont disponibles sur le site web de la Ville. Ce mouvement doit être amplifié.

3. L’adoption d’un référentiel haute performance énergétique portant à la fois sur la construction et la rénovation des bâtiments et relatif aux logements sociaux, aux logements privés et aux bâtiments tertiaires ?

Oui. Le Plan Climat Énergie Territoriale de la Ville de Paris contient déjà un référentiel détaillé portant sur la construction et la rénovation des bâtiments de logement sociaux, privés et d’activités tertiaires. Pour les longements privés, le Plan Climat Énergie Territoriale se réfère aux labels BBC-Effinergie+ et BBC-Effinergie rénovation.

4. Pour aider les ménages en précarité énergétique à en sortir, la mise en place d’un service local d’intervention pour la maîtrise de l’énergie (SLIME), comprenant des visites à domicile ?

Oui. 54000 Parisiens sont en situation de précarité énergétique. Le Plan Climat Énergie Territoriale de la Ville de Paris s’est déjà attaqué à cette problématique qui touche les plus pauvres d’entre nous. Depuis 2008, Paris a fortement augmenté le montant des aides liées au Fond de Solidarité Logement Énergie et à Paris Énergie Famille. Nous continuerons cet effort. En matière de consommation d’eau, je souhaite établir une tarification qui permette d’assurer la gratuité des premiers mètres cubes pour les plus fragiles. Je déploierai par ailleurs un plan d’installation de kits d’économiseurs d’eau afin de réduire l’empreinte de Paris sur la ressource et de diminuer de 10 % la facture des usagers, tout comme j’encouragerai le développement des télé-relevés pour les consommations de gaz et d’électricité. Enfin nous pourrons créer un service SLIME afin d’accompagner les familles dans la maîtrise de leurs consommations d’énergie.

5. L’exonération partielle ou totale de taxe foncière pour les foyers réalisant une rénovation lourde de leur logement ?

Oui. Les rénovations lourdes des logements privés sont déjà prises en compte dans le cadre du Plan Climat 2012-2017. Les copropriétaires privés bénéficient d’accompagnements et d’aides financières par l’intermédiaire de l’Agence Parisienne du Climat. Mais je souhaite aller plus loin en incitant financièrement les propriétaires privés à effectuer des travaux lourds dans leurs logements en matière de performances énergétiques. L’exonération partielle ou totale de la taxe foncière est une mesure que je souhaite développer à cette fin.


Gestion, production et distribution de l’énergie

Vous engagez-vous à proposer en conseil municipal :

1. Si votre collectivité est desservie par un ou plusieurs réseau(x) de chaleur, de vous appuyer sur cet outil pour mettre en œuvre votre politique énergétique (alimentation du réseau par des énergies renouvelables et/ou de l’énergie fatale, mesures de maîtrise de l’énergie, déploiement des réseaux, procédure de classement du réseau pour obliger le raccordement des nouveaux bâtiments, etc.), soit :
- via une maîtrise publique ou
- via une négociation avec le délégataire de service public

Oui. Je veux diversifier nos sources de chaleurs et en particulier établir un programme de grande envergure au niveau de la métropole pour faire travailler ensemble les réseaux de chaleur. La chaleur engendrée par les égouts ou les data centers doit être mobilisée, tout comme la géothermie.

2. Le renforcement de votre rôle de concédant sur les réseaux d’électricité et de gaz, en assurant un meilleur contrôle des concessions, la cohérence de l’action du concessionnaire avec les orientations de la collectivité, l’accès aux données de consommation et de production de votre territoire et en vous assurant de l’optimisation des investissements sur les réseaux (notamment en orchestrant la coordination entre les investissements dans les différents réseaux) ?

Oui. Les fluides et l’énergie n’ont pas de frontières administratives. Je propose donc qu’une autorité métropolitaine organisatrice des réseaux voit le jour, incarnée par un élu. Cette autorité coordonnera les actions entre opérateurs, fixera les conditions de cession d’eau et d’énergie, et elle engagera un grand programme d’innovation sur les fluides et l’énergie. Je veux également poursuivre l’effort de la Ville en faveur de l’Open Data et en particulier créer un infolab permanent, lieu d’échange entre l’administration et les développeurs, de telle sorte que les données soient plus accessibles et lisibles par le plus grand nombre. Les concessionnaires doivent être parmi les premiers concernés.

3. La montée en compétences de vos services afin d’aller vers une véritable planification des réseaux d’énergie (gaz, électricité, chaleur) en cohérence avec vos projets urbains (par exemple via un schéma directeur de l’énergie) ?

Oui. Je souhaite qu’à horizon 2020, un schéma énergétique pour Paris et la métropole soit écrit et mis en œuvre. La création d’une instance de coordination métropolitaine des fluides et de l’énergie permettra également de rompre avec les stratégies de filière, étanches les unes aux autres et d’organiser ensemble les réseaux « intelligents » pour le Grand Paris.

4. Le développement de politiques de partenariats avec la Région et les zones rurales avoisinantes afin de travailler dans des logiques de solidarité autour de la production d’énergies renouvelables nécessaires à l’atteinte de vos objectifs climat-énergie ?

Oui. Je souhaite que d’ici à 2020 nous élaborions un schéma énergétique pour Paris et la métropole. La politique de production d’énergies renouvelables que j’entends mener s’étend donc bien au-delà des frontières administratives de Paris.


Agriculture – Alimentation

Vous engagez-vous à proposer en conseil municipal :

1. L’adoption d’un objectif quantifié et d’un programme de mise en place de menus bas carbone et élaborés à partir de produits locaux (ex. un menu végétarien et/ou biologique et local par semaine) dans la restauration collective gérée par la commune ou l’agglomération, notamment pour ce qui concerne les établissements scolaires ?

Oui. Dans le cadre de mon engagement pour l’économie circulaire, je souhaite que d’ici 2020, 50% de la nourriture servie dans les cantines soit biologique. Pour cela, je développerai des partenariats avec les agriculteurs d’Île-de-France afin que l’essentiel des aliments soit d’origine locale et de grande qualité.

2. L’adoption d’un objectif chiffré et d’un programme d’installation et/ou de maintien dans votre territoire d’exploitations agricoles biologiques et/ou pratiquant l’agro-écologie durant la durée de votre mandat, dans le respect notamment des engagements nationaux du Grenelle de l’environnement dans ce domaine ?

Oui. Je souhaite développer l’agriculture urbaine, cela fait partie du milliard d’euros que j’ai annoncé pour une ville durable et intelligente. Je veux développer les potagers sur les toits et dans les espaces en friches, et sur les 100ha de toitures et façades végétalisées que je veux créer, 30% seront consacrés à la production de fruits et légumes. J’entends réaliser des aménagements associant bureaux et fermes urbaines, et continuer à installer des ruches. Cette agriculture urbaine devra être collaborative et je faciliterai les démarches de tous les citoyens volontaires.


Déchets

Vous engagez-vous à proposer en conseil municipal :

1. Le soutien à la création de ressourceries/recycleries ou d’infrastructures favorisant la récupération, la réparation et le réemploi des meubles, jouets, vélos et autres objets pouvant bénéficier d’une seconde vie (après nettoyage, remise en état et éventuellement « relooking » ) ?

Oui. J’ai fait de l’économie circulaire un axe majeur de mon projet pour Paris. Dans ce cadre, j’entends soutenir la création d’au moins une ressourcerie par arrondissement. Je veux également informer, faire de la pédagogie, multiplier les lieux de dépôts et favoriser les entreprises sociales ou solidaires qui traiteront ces objets.

2. La mise en place de mesures de réduction de la quantité de biodéchets dans les ordures ménagères en milieu urbain, en développant le compostage individuel et collectif et/ou la collecte sélective des biodéchets (pour compostage ou méthanisation) ?

Oui. Je souhaite étendre le compostage en pieds d’immeuble, installer des déchetteries mobiles à proximité des marchés, et encourager le regroupement des déchets sur les marchés alimentaires. Je veux également lutter contre le gaspillage alimentaire issu de la restauration collective en mettant en place un réseau de compostage dans les parcs et jardins. Je créerai un système de revalorisation des surplus alimentaires pour que les traiteurs puissent les donner à des associations. Je souhaite que le gaspillage alimentaire diminue de 30% dans les cantines scolaires et les restaurants administratifs de la Ville. Enfin je veux créer un pôle de recherche et développement sur la propreté et le traitement des déchets au sein de la Ville.


Eco-responsabilité

Vous engagez-vous à proposer en conseil municipal :

1. L’adoption de critères d’éco-conditionnalité pour l’ensemble des aides et financements octroyés par votre ville (aux entreprises, aux associations, aux particuliers, aux bailleurs sociaux...) ?

Oui. Je veux effectivement faire de la Mairie de Paris une structure exemplaire, qui impulsera des changements de comportement, en particulier en conditionnant les aides et subventions qu’elle octroie au caractère écologique des projets.

2. L’intégration de clauses environnementales dans tous les marchés publics de votre commune ?

Oui, je souhaite que des clauses environnementales soient incluses dans les marchés publics de la Ville de Paris.


Gouvernance

Vous engagez-vous à proposer en conseil municipal :

1. Que votre politique énergie-climat soit débattue et décidée au niveau intercommunal ?

Oui. Je souhaite qu’à l’horizon 2020 nous écrivions et mettions en œuvre un schéma énergétique pour Paris et la métropole. Il devra donc être discuté au niveau du Grand Paris. Je souhaite en particulier que nous élaborions des plans concertés pour lutter contre la pollution, pour la rénovation thermique des bâtiments, et pour l’harmonisation des consignes de tri. L’économie circulaire et l’écologie urbaine doivent être promues au niveau de la métropole.



Télécharger la réponse d’Anne Hidalgo

Télécharger les éléments complémentaires envoyés