logo
LES MEMBRES
greenpeace
wwf
lpo
oxfam} alofa tulavu
4d
gret
helio
hespul
cler
amis de la terre
agir pour l'environnement
fnaut
fub
solar generation
reseau sortir du nucleaire
cniid
wecf
associations locales

MAILING LISTE

La liste climat du RAC-F vous permet de recevoir et d’envoyer des informations sur les changements climatiques.
S'abonner Se désabonner
attention ça chauffe
can
illustration
Analyse et propositions du RAC suite à la conférence de Varsovie
date 20 mars 2014
texte+ texte- google twitter facebook

La COP19 de Varsovie a marqué un net recul dans l’ambition multilatérale malgré un contexte de vulnérabilité climatique de plus en plus marquée et étudiée. Par ailleurs, le sommet de Varsovie a acté un glissement sérieux et dangereux du calendrier de la négociation. Quelles sont les conséquences pour les négociations en 2014 ?

La contestation de la réalité du changement climatique (CC) en France et à l’international s’affaiblit de plus en plus. Le 5ème rapport du GIEC ne propose que 4 scénarios mais avec plus de certitudes cette fois, dont un seul qui laisse la possibilité de maîtriser le changement climatique sous le seuil de 2°C. Barack Obama a explicitement souligné que le CC était un fait certain dans son discours State of the Union en janvier 2014. Les assureurs et les entreprises sont de plus en plus nombreux à chiffrer le coût économique et non-économique des dommages liés au changement climatique pour les systèmes de production, de transport de marchandises et pour les infrastructures. Les banques de développement – la Banque Mondiale notamment - sont elles aussi en train de réévaluer les coûts d’un développement sous contrainte climatique et des évènements extrêmes depuis plusieurs décennies. La couverture médiatique de ces évènements extrêmes a également beaucoup augmenté. Fin 2013, le rapport du PNUE estime que l’écart entre les efforts de réduction d’émission actuels et les efforts requis est de 11 à 13 Gigatonnes et qu’il faut agir immédiatement et drastiquement pour laisser ouverte la fenêtre du 2°C. Puisque l’UE et les émetteurs historiques ont pris du retard dans leurs baisses d’émissions pré-2020, ils ont accumulé une responsabilité supérieure. S’ils avaient été collectivement en haut de la fourchette de 25-40% de baisse à l’horizon 2020 (indiquée dans le résumé pour les décideurs du 4e rapport du Giec), alors leurs efforts auraient pu être plus mesurés après 2020. Or ils ne sont même pas situés collectivement à l’intérieur de la fourchette !Il n’est même pas certain que le Giec propose un partage de l’effort dans le volet n°3 de son 5e rapport. Il va donc être plus difficile pour les ONG de se fonder sur des arguments scientifiques .

Pourtant, cela ne se traduit pas par plus d’actions et d’engagements dans les négociations internationales. La COP19 de Varsovie a marqué un net recul dans l’ambition multilatérale malgré un contexte de vulnérabilité climatique de plus en plus marquée et étudiée. Alors que le typhon Hayian sévissait aux Philippines, dans la région d’influence du Japon, ce dernier a annoncé à l’ouverture de la COP19 une baisse de son objectif pour 2020 : de -25% à -3,8% (soit une augmentation de 3,1% par rapport à 1990). Au même moment, l’Australie a élu un gouvernement climato-sceptique qui a commencé par annoncer la suppression de sa taxe carbone et des financements climat pour les pays en développement. Les engagements multilatéraux actuels sont faibles (-18%, loin de la fourchette du 4ème rapport du GIEC de -25% à -40%). Ces engagements sont de plus en plus décalés par rapport à l’ampleur et la rapidité des changements climatiques, et de l’effort à fournir (11 à 13 Gt selon le dernier rapport du PNUE, soit une trajectoire actuelle allant jusqu’à 3,5°C).
Le protocole de Kyoto est en souffrance – ses engagements portent sur moins de 15% des émissions mondiales et il a perdu une partie de sa valeur symbolique avec la sortie du Canada, sa deuxième phase pleinement « bottom up » et ses mécanismes de flexibilité en dysfonctionnement. Il repose largement sur la division entre les Annexes datant de 1992. Il est donc difficile de promouvoir un nouveau Protocole équivalent, après 2020.

Lire la suite ici