logo
LES MEMBRES
greenpeace
wwf
lpo
oxfam} alofa tulavu
4d
gret
helio
hespul
cler
amis de la terre
agir pour l'environnement
fnaut
fub
solar generation
reseau sortir du nucleaire
cniid
wecf
associations locales

MAILING LISTE

La liste climat du RAC-F vous permet de recevoir et d’envoyer des informations sur les changements climatiques.
S'abonner Se désabonner
attention ça chauffe
can
illustration
Accueil > Politiques et mesures > Scénarios Climat-Energie > ENCI-LowCarb > Analyse et comparaison de 11 scénarios français
Analyse et comparaison de 11 scénarios français
date 26 février 2010
texte+ texte- google twitter facebook

Le rapport « Les scénarios de réduction d’émissions de gaz à effet de serre pour la France » a été rédigé par le RAC-F et le CIRED (Centre International de Recherche sur l’Environnement et le Développement) dans le cadre du projet ENCI-LowCarb.

PDF - 3.1 Mo

Ce rapport analyse et compare 11 scénarios et visions énergétiques existants pour la France à l’horizon 2050 (2030 pour un scénario). Cette exercice pourrait se résumer à une comparaison entre pommes et poires, tant les méthodologies, les modèles, les hypothèses sectorielles et les prévisions concernant le développement du prix des énergies divergent. Mais malgré ces différences cette comparaison a permis de mettre en évidence les contributions sectorielles à la réduction des émissions globale et de catégoriser les scénarios selon la méthodologie utilisée.

Pour le secteur résidentiel par exemple les réductions des émissions varient entre un Facteur 1 et 8 pour les scénarios les plus extrêmes.
Sur un aspect les scénarios convergent : il faut décarboner l’électricité. Pour cela le nucléaire représente le point charnière qui définit le degré de l’électrisation de l’énergie finale car si les énergies renouvelables prennent la place du nucléaire la quantité globale des TWh produits diminue. L’utilisation de technologies pas encore approuvées comme le CSC (capture et stockage du carbone) et de l’hydrogène reste limitée.
Les scénarios analysés varient aussi concernant la pondération des facteurs de transition : efficacité énergétique sur l’offre et sur la demande, sobriété énergétique et décarbonisation de l’énergie.
Malheureusement les informations sur les hypothèses sectorielles sous-jacentes sont souvent sommaires et ne permettent pas une comparaison satisfaisante. Ce fait est déplorable car il faut connaître les variables pour pouvoir construire des mesures politiques aptes à induire des changements. Par ailleurs la compréhension de la logique interne d’un scénario dépend fortement de là transparence des données fournies. Dans la majorité des cas, les scénarios sont présentés comme des remèdes techniquement faisables pour combattre le changement climatique mais leurs rétroactions économiques et sociales ne sont que très peu considérées.
Le but du projet ENCI LowCarb, cadre dans lequel ce rapport a été produit, est de combler ces lacunes en fournissant des scénarios transversaux et transparents qui répondent aux défis techniques (mix énergétique, consommations d’énergie primaire et finale par les différents secteurs) en phase avec un objectif de réduction ambitieux dans un contexte économique en évolution. Ensuite l’acceptation de ces scénarios sera mise à l’épreuve par des discussions avec des représentants de tous les secteurs de la société française.

Messages clés :

  • Les scénarios analysés atteignent une diminution des émissions en 2050 par rapport aux émissions de 2000 entre -55% et -77%, ce qui reste loin du postulat du GIEC pour les pays industrialisés (entre -80 et -95% en 2050) .
  • La consommation de l’énergie finale diminue entre -8,2% et -34,8% entre 2000 et 2050 pour les différents scénarios.
  • La part des énergies renouvelables dans l’électricité varie entre 4% et 85%.
  • La part du nucléaire dans l’électricité varie entre et 0% et 82%.
  • La production d’électricité varie entre 422 et 932 TWh (En 2009, la consommation intérieure française d’électricité est de 486,4 TWh, en baisse de 1,6% par rapport à 2008. )
  • La part de l’électricité dans l’énergie finale du transport varie entre 6% et 92% pour les scénarios analysés.
  • La part de l’électricité dans l’énergie finale dans le secteur résidentiel / tertiaire varie entre 37% et 63% pour les scénarios analysés.
  • Le secteur qui fournit le plus grand effort de réduction en moyenne est le secteur du transport.
  • Le secteur avec la réduction des émissions la plus forte est le secteur résidentiel / habitat avec un facteur 8,3 atteint par un scénario.
  • Le secteur qui montre les variations les plus importantes dans les émissions est le secteur de l’industrie : Variations entre un facteur 0,8 et 6.
  • Des solutions données pour répondre aux variations des courbes de charge ne sont pas satisfaisantes.
  • Il s’agit en grand majorité des scénarios techniques - « bottom up » qui fournissent peu d’informations sur des indicateurs économiques et les mesures politiques mises en place pour atteindre les réductions des émissions. Les scénarios énergétiques restent trop souvent des boîtes noires qui produisent des résultats chiffrés sans donner des explications sur le contexte politique, social et économique. Même les scénarios utilisant un modèle macro-économique qui permet d’intégrer les réflexions dans une dimension économique ne le lient pas avec une vision sociétale.