logo
LES MEMBRES
greenpeace
wwf
lpo
oxfam} alofa tulavu
4d
gret
helio
hespul
cler
amis de la terre
agir pour l'environnement
fnaut
fub
solar generation
reseau sortir du nucleaire
cniid
wecf
associations locales

MAILING LISTE

La liste climat du RAC-F vous permet de recevoir et d’envoyer des informations sur les changements climatiques.
S'abonner Se désabonner
attention ça chauffe
can
illustration
Accueil > Secteurs d’activités > Agriculture > Agrocarburants > Actualités > Agrocarburants : la France cultive encore et toujours la déforestation
Agrocarburants : la France cultive encore et toujours la déforestation
date 13 juin 2014
texte+ texte- google twitter facebook

Que les impacts se retrouvent au Brésil ou ailleurs, le gouvernement français nous a encore confirmé ce matin qu’il faisait peu de cas des conséquences désastreuses du développement des agrocarburants en France : émissions de gaz à effet de serre, déforestation, crises alimentaires, etc. Ce matin, le Conseil européen a voté l’amendement à la réglementation européenne sur les agrocarburant quand, dans le même temps, la France a co-signé une déclaration de positionnement contre toute remise en question d’un plafonnement des agrocarburants par le parlement. Explications

Ce matin lors du Conseil européen de l’énergie était sur la table la modification de la directive fixant un objectif de 10% d’ENR dans les transports en Europe. Les ministres ont voté pour un plafonnement de 7% des agrocarburants (on est aujourd’hui à un taux de développement de 4,7% en Europe), avec un reportage des valeurs liées au changement d’affectation des sols mais de façon déclarative et dans le cadre de fourchettes de valeurs (sans avoir à déclarer de valeurs fixes). En outre, le texte prévoit un sous-objectif, indicatif et non obligatoire, pour les biocarburants avancés de 0,5% (voir document joint ci-dessous).

PDF - 90.6 ko
décision finale du conseil du 13 juin 2014



A ce stade, le texte devra repasser devant le Parlement européen, et les négociations entamées afin d’arriver à un accord final.

Alors que les objectifs de développement des agrocarburants devraient être ramenés à 0% en connaissance des causes catastrophiques que l’on observe en matière d’émission de gaz à effet de serre et aux impacts sur la production alimentaire dans des pays du sud dû au changement d’affectation des sols indirects, la France a, parallèlement à ce vote, co-signé un texte avec la Pologne, la Hongrie, et 5 autres pays (voir le courrier en question ci-dessous). A travers ce texte, les pays signataires se positionnent contre la remise en question éventuelle du 7% par le Parlement européen, bafouant ainsi les règles élémentaires de la démocratie européenne.

PDF - 5.7 ko
Courrier commun de certains pays du Conseil sur leur positionnement vis à vis des agrocarburants



Enfin, la France dévoilent son vrai jeu de tout faire pour que les agrocarburants puissent se développer au maximum, en dépit de toutes les contre-indications environnementales, sociales et économiques.

Ainsi, Ségolène Royal a déjà annoncé qu’elle souhaitait faire figurer dans la loi de transition énergétique actuellement en cours de finalisation un objectif de 15% d’énergies renouvelables dans les transports d’ici 2030. Nous ne savons pas encore ce que cela pourrait recouvrir, mais il s’agira d’être prudent. La conférence de presse annonçant la sortie de la loi prévue le 18 juin nous révèlera les détails et jusqu’où la France est prête à aller.

A suivre...