logo
LES MEMBRES
greenpeace
wwf
lpo
oxfam} alofa tulavu
4d
gret
helio
hespul
cler
amis de la terre
agir pour l'environnement
fnaut
fub
solar generation
reseau sortir du nucleaire
cniid
wecf
associations locales

MAILING LISTE

La liste climat du RAC-F vous permet de recevoir et d’envoyer des informations sur les changements climatiques.
S'abonner Se désabonner
attention ça chauffe
can
illustration
Accueil > Politiques et mesures > Négociations internationales > Adopter des mesures concrètes pour renforcer l’ambition pre-2020
Adopter des mesures concrètes pour renforcer l’ambition pre-2020
date 3 juin 2006
texte+ texte- google twitter facebook

Les rapports sont unanimes sur l’urgence de renforcer les efforts pour obtenir 8 à 13 gigatonnes de réductions d’émission additionnelles d’ici à 2020. Dans ce contexte, l’accroissement des efforts pré-2020 sera une composante importante des négociations à Bonn. Lors de la dernière séance de négociation en mars, plusieurs pays ont appelé la CCNUCC à d’étudier et décider en quoi les institutions et mécanismes de la Convention Climat peuvent soutenir et amplifier les initiatives internationales en matière d’efficacité énergétique et d’ENR. Par exemple, que doit financer le Fonds Vert ? Quelles technologies doit promouvoir le Comité des Technologies et quel rôle pour les centres d’excellence technologique ? Quelles plateformes pour quel partage d’information ?

Par ailleurs, à l’instar des ateliers organisés à Bonn en mars sur les énergies renouvelables, des ateliers d’expert (Technical Expert Meetings, TEMs) seront organisés autour des villes et de l’usage des terres comme deux domaines dans lesquels il existe un fort potentiel de réduction d’émission pré-2020. Il y aura également un forum sur les villes et les collectivités et leur rôle dans les initiatives pour le climat. Les co-chairs de l’ADP misent clairement sur juin pour avancer rapidement sur WS2 et les "opportunités" de réduire collectivement et drastiquement les émissions. A cet effet, le secrétariat va également compiler une synthèse des idées proposées/discutées lors de Bonn en mars, en matière d’énergies renouvelables et d’efficacité énergétique. Les négociateurs/ministres rassemblés à Bonn pourraient donc être en mesure de prendre des décisions/donner une direction à la CCNUCC sur comment travailler sur l’ambition pre-2020 et à quelle échéance.

Les ONG attendent beaucoup de l’Europe.

L’Europe doit être plus ambitieuse que simplement se limiter à annoncer qu’elle dépassera son objectif de réduction d’émissions de 20% en 2020 d’environ 5 points. Le potentiel d’atténuation avant 2020 et les marges de progrès en Europe sont encore importants et l’UE peut davantage contribuer à la réduction rapide des émissions mondiales. Elle peut le faire via l’adoption de nouvelles politiques publiques : notamment des mesures complémentaires sur l’efficacité énergétique (dans le cadre de l’examen par la Commission européenne d’ici juillet 2014 de la Directive efficacité énergétique), un soutien continu au déploiement des énergies renouvelables, ainsi qu’une réforme structurelle ambitieuse du marché carbone européen, via notamment la suppression des quotas en surplus et la mise en œuvre d’une Réserve de stabilité bien avant 2020. D’autres textes européens sont en cours de révision ; leur amélioration permettrait des réductions d’émissions supplémentaires avant 2020 : il s’agit en particulier de la Directive Etiquette énergie et de la Directive Eco-conception.
En outre, les Etats-membres de l’UE devraient adopter de manière individuelle des mesures nationales complémentaires qui permettront d’accélérer les réductions d’émissions et d’ancrer dès aujourd’hui la transformation en profondeur de notre système énergétique, de production et de consommation.